Avec Aïda, l'opéra de Marseille voit grand pour son début de saison

Distribution et mise-en-scène particulièrement bien choisies mettent en valeur l'oeuvre de Verdi. Aïda avait été crée pour l'inauguration de l'Opéra du Caire. Verdi n'assista même pas à cette première.

Aïda nous renvoie dans l'Egypte des pharaons. Deux femmes, celle du pharaon et une captive ethiopienne se disputent le coeur de Radamès, un jeune capitaine égyptien.
Verdi dut se faire prier à l'époque pour signer cet opéra. Il accepta de le  composer selon ses propres conditions financières. Mais il refusa de se rendre à la première, le 24 décembre 1871, considérant que la salle ne serait composée que de dignitaires, de critiques, mais d'aucun membre du grand public. Verdi ne reconnut la véritable création d'Aïda qu'à la première représentation à la Scala de Milan, un an après.

Pour les représentations de Marseille, le rôle titre est tenu par Michèle Capalbo, qui a remplacé l'Aïda prévue Elena Pankratova. La diva canadienne a déjà joué ce grand rôle verdien une vingtaine de fois, et elle confie qu'elle en apprend à chaque fois quelque chose de différent.
La mise-en-scène Charles Roubaud qui fit ses début à Marseille avec "Don Quichotte", de Massenet. Il est un habitué de l'opéra de Marseille, et reviendra au cours de la saison pour la création mondiale "Colomba" de Jean-Claude Petit.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture