Draguignan : Nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites

Nouvel appel à la mobilisation contre la réforme des retraites. Lancé par les 4 syndicats opposés à la réforme, CGT, FSU, FO et Solidaires, cette journée est modérément suivie. Une centaine de personnes se sont rassemblées, ce matin, à Draguignan devant la sous-préfecture.

© France3 Côte d'Azur
Les députés votent aujourd'hui en première lecture le projet de loi sur les retraites sous le regard de syndicats et de salariés opposés à la réforme, appelés à se rassembler devant l'Assemblée nationale pour dire qu'ils "n'abandonnent pas".
L'issue du vote solennel, prévu à partir de 16H00, ne fait pas de doute. La réforme, la première d'un gouvernement de gauche sur ce sujet, aura les faveurs des socialistes et radicaux de gauche. En revanche, les élus UMP, UDI et Front de gauche devraient voter contre le texte et les écologistes s'abstenir.
Le projet de loi "garantissant l'avenir et la justice du système de retraites", dont les mesures phare sont l'allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans et l'instauration d'un compte pénibilité, sera ensuite discuté au Sénat à partir du 28 octobre.
Si l'âge légal de départ à la retraite est maintenu à 62 ans, comme l'a fixé la loi de 2010, les salariés verront la durée de cotisation nécessaire pour une retraite pleine augmenter d'un trimestre tous les trois ans à partir de 2020 pour atteindre 43 ans (172 trimestres) pour les personnes nées en 1973 et après.
Quant au compte pénibilité, les points obtenus permettront à un salarié de se former, de travailler à temps partiel ou de partir plus tôt à la retraite.
Le projet, examiné par les députés toute la semaine dernière, prévoit également le report de la revalorisation des pensions de retraite (sauf pour les bénéficiaires du minimum vieillesse) du 1er avril au 1er octobre, et la prise en compte des périodes d'apprentissage et partiellement des stages.
Pour moins pénaliser les salariés faiblement rémunérés ou travaillant à temps partiel, il sera désormais nécessaire, pour valider un trimestre, d'avoir cotisé l'équivalent de 150 heures de smic, contre 200 actuellement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter