Ni enlèvement ni viol dans l'affaire Maëlle

Le vendeur de beignets qui avait disparu avec l'adolescente en Italie il y a deux ans s'est vu condamné ce lundi à 2 ans de prison pour "soustraction de mineure sans l'autorisation de ses parents". L'enquête a montré qu'il ne s'agissait ni d'un enlèvement ni d'une séquestration.

Le jeune prévenu âgé de 23 ans au moment des faits, est apparu comme un être au psychisme fragile, qui avait accepté d'accompagner Maëlle dans sa fugue par attachement sentimental. Pour le procureur, la faute de Tony est de ne pas avoir posé les limites d'un adulte et d'être parti avec la jeune adolescente recherchée par ses parents depuis plusieurs jours.
Tous deux avaient pris le train pour l'Italie, et avaient été arrêtés en gare de Naples le 7 septembre 2012, neuf jours après le début de la disparition de la jeune fille. Celle-ci avait déclaré avoir eu "peur" de son compagnon.
Les charges d'enlèvement de mineure, séquestration et même les soupçons de viol ont été abandonnées. Le jeune homme, Tony Trimouille, a été condamné à deux ans de prison, dont un avec sursis, une peine qui couvre les treize mois de détention provisoire subis.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter