LFoundry : colère des salariés après l'annonce de la liquidation

 En début d'après midi, le tribunal de commerce de Paris a prononcé la liquidation judiciaire de l'entreprise du Rousset, avec cessation immédiate de l'activité. Colère des salariés. 613 personnes sont concernées.

 

"On va entendre parler de nous, on a voulu nous tuer, mais on ne va pas se laisser
faire"

Réaction recueillie par l'AFP de Patrick Chini, délégué syndical CFDTet secrétaire du comité d'entreprise. Il poursuit "On en veut aux Américains d'Atmel (l'ancien propriétaire, NDLR) de nous avoir vendus à des escrocs et de ne pas avoir su prendre leurs responsabilités en nous aidant à tenir quelques mois, on en veut aux actionnaires allemands de nous avoir pillés, et on en veut aussi au gouvernement qui aurait pu nous aider", a-t-il ajouté.
Les personnels doivent se retrouver sur le site vendredi matin pour une assemblée générale, avant un comité d'entreprise aux côtés du liquidateur Me Stéphane Gorrias.

"Nous ce qu'on réclame, c'est que l'outil de travail soit maintenu trois mois le temps qu'un repreneur puisse se positionner",


a déclaré le délégué Sud Alain Botel, une demande qui avait également été formulée lundi par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

"Il faudrait entre 30 et 50 emplois pour préserver l'activité, mais est-ce que le liquidateur acceptera?", a ajouté Alain Botel. "Ce qui nous enrage, c'est qu'on va dépenser 80 millions pour licencier 600 personnes, alors qu'il nous aurait suffi de 25 millions pour pouvoir continuer l'activité, c'est une aberration!".
Une entreprise californienne de micro-électronique s'est dite intéressée mais elle manque de fonds. Parmi les pistes envisagées pour trouver des financements complémentaires, le syndicaliste évoque des engagements des collectivités locales, des salariés ou encore la vente de machines.
Selon les syndicalistes, 

"il est hors de question de laisser tomber cette usine qui est viable et a des clients". "Nous avons arrêté la production la semaine dernière alors qu'on lançait de nouveaux produits en fabrication, c'est incroyable"


déplorait Alain Botel.






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social