Marseille : blanchiment suspect autour d'une bijouterie

Hier soir, le parquet a requis la mise en examen d'un bijoutier, d'un avocat et d'un inspecteur des impôts. Une affaire de blanchiment, de corruption et d'escroquerie autour d'une bijouterie avait conduit en garde à vue depuis lundi ces trois personnes. 

Le parquet de Marseille a requis la mise en examen d'un chef d'entreprise, d'un avocat et d'un inspecteur des impôts dans une affaire de blanchiment, de corruption et d'escroquerie liés à une bijouterie, a indiqué mercredi le parquet de Marseille.
"Suite à un signalement de Tracfin faisant état d'anomalies financières graves sur les comptes bancaires d'une bijouterie de Marseille, le Parquet a ouvert une information judiciaire le 8 novembre 2013 des chefs d'association de malfaiteurs et blanchiment commis en bande organisée", indique le procureur de la République de Marseille Brice Robin dans un communiqué.
"Le Parquet vient de requérir la mise en examen du dirigeant de cette entreprise, celle de son conseil, avocat au Barreau de Marseille, notamment pour escroquerie en bande organisée et corruption active, celle d'un inspecteur des impôts notamment pour escroquerie en bande organisée et corruption passive", explique-t-il, ainsi que "leur placement en détention provisoire".
L'enquête a été menée par le Service national de la douane judiciaire (SNDJ) sur commission rogatoire d'un juge d'instruction.
Selon la Provence, qui a révélé l'affaire, il s'agirait de faits de blanchiment autour de la vente de montres de prix et d'or.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice