Bielsa : la méthode de l'entraîneur a du mal à prendre

Après deux journées de championnat , auréolé d'une réputation flatteuse, le nouvel entraîneur de l'OM Marcelo Bielsa peine à imposer sa méthode et présente pour le moment un bilan insuffisant pour un prétendant au podium avec un nul à Bastia et une défaite à domicile

Pour l'heure la méthode Bielsa n'est pas au rendez-vous

Exigeant, rigoureux, révolutionnaire, tacticien exemplaire, le portrait que dressent de lui ses admirateurs est souvent élogieux. Durant la dernière Coupe du monde au Brésil, son successeur à la tête du Chili quart de finaliste, Jorge Sampaoli, n'a pas manqué de lui rendre hommage. Mais aux commandes du Chili, comme de l'Argentine, la méthode Bielsa a mis du temps à porter ses fruits et ce sont souvent ses successeurs qui en ont bénéficié. A Marseille, si les matches amicaux ont validé sa méthode, les deux premières rencontres de championnat posent plus de questions qu'elles n'apportent de réponses. Maître du jeu pendant une heure à Bastia, avec trois buts à la clef, avant de concéder le nul (3-3) sur des erreurs de défense, l'OM a tout raté dimanche à domicile face à Montpellier (défaite 2-0).

Une défense fébrile qui a pris l'eau à plusieurs reprises, un milieu de terrain où les joueurs ont semblé perdus et une attaque qui n'a reçu que de rares ballons exploitables: il reste encore beaucoup de travail pour que l'OM mette en conformité ses résultats avec ses ambitions : un podium 

Je ne suis pas satisfait, un point sur six face à des adversaires qui sont prévus pour la 2e moitié du classement, ce n'est pas un très bon résultat


a admis Bielsa.

Mais pour que la méthode ait une chance de prendre...il faut recruter des défenseurs

Mis en application pendant 60 minutes à Bastia, le système Bielsa (possession de balle, équipe positionnée très haut, défense centrale à trois) n'a tout simplement pas fonctionné face à Montpellier. Et si l'Argentin a apporté des modifications en cours de rencontre, le chantier semble encore loin d'être achevé. "L'adaptation aux nouvelles méthodes et au style de jeu me paraissaient acquises au départ", a expliqué Bielsa dimanche qui se refuse à tomber dans la démagogie et dont le discours devant la presse est toujours complexe et d'un très haut niveau. 
Le discours de l'argentin passe-t-il auprès des joueurs ? On peut en douter quand on voit deux ou trois de ses assistants tenter de donner des consignes aux joueurs tout au long de la rencontre. Mais toute méthode, si révolutionnaire soit-elle, a ses limites si l'entraîneur ne dispose pas d'un groupe qui répond à ses attentes. Et Bielsa l'a reconnu cette semaine: il lui manque trois défenseurs, sur les huit dont il espérait disposer. Et les cinq buts encaissés en deux matches démontrent que c'est bien là que le bât blesse. Avec un seul défenseur central de métier (Nkoulou) depuis le transfert de Mendes et un autre qui n'a toujours pas signé de contrat professionnel (Sparagna, 19 ans), l'entraîneur demande à des joueurs (Morel, Romao) d'évoluer à des postes qui ne sont pas nécessairement les leurs. Si l'OM parvient à transférer d'autres joueurs (Fanni, Kadir, Cheyrou, Amalfitano, Sougou), nul doute que la direction de l'OM recrutera désormais en priorité un ou deux défenseurs.

Avec AFP