• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Une juge marseillaise s'intéresse à trois voyages de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy à Doha 11 novembre 2012 / © Karim Jaafar/ Al Watan Doha/AFP
Nicolas Sarkozy à Doha 11 novembre 2012 / © Karim Jaafar/ Al Watan Doha/AFP

Trois voyages: Doha, New York,  Abu Dhabi, en 2012 et 2013 intéressent la juge Christine Saunier-Ruellan de la Juridiction Interrégionale spécialisée de Marseille. Voyages privés en jets facturés à la société LOV Group de Stéphane Courbit, un ami de l'ex-président de la République.

Par Jean-François Giorgetti

La Juge d’instruction, Christine Saunier-Ruellan de la JIRS (Juridiction Interrégionale Spécialisée) de Marseille, désigne, début juillet 2014, un expert aéronautique pour « décrypter et analyser », entre autres, trois vols privés au bénéfice de Nicolas Sarkozy.


 Des vols privés sur des avions loués 

L’Ancien Chef de l’Etat se rend à Doha (Qatar) en décembre 2012, New York (USA) en janvier 2013 et Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis) en février 2013, pour notamment intervenir dans des forums internationaux. Tous ces déplacements, en jet privé, partent de l’aéroport du Bourget près de Paris. Le coût de location de ces avions d’affaires, utilisé pour ces 3 voyages s’élève à 301 000 €. Ces vols sont facturés à la société Lov Group, une holding appartenant à Stéphane Courbit, un ami proche de l’ex-Président de La République.

De Punta Cana à Marseille

La magistrate, spécialisée dans la criminalité organisée, instruit le dossier « Air Cocaïne », un vaste dossier de trafic international de stupéfiants.
L’affaire commence en mars 2013 à Punta Cana en République Dominicaine.
Le Falcon 50 d’Alain Afflelou est intercepté, avec à son bord quatre français et 682 kg de cocaïne. Le jet s’apprêtait à décoller en direction du petit aéroport de la Môle près de Saint-Tropez. En France, dans les mois qui suivent, une série d’interpellations est organisée par l’OCTRIS (Office Central pour la Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants). Parmi les gardés à vue le patron de SN THS (Société Nouvelle Trans Hélicoptère) société lyonnaise, chargée de louer le jet d’affaires de l’opticien quand il ne l’utilise pas.
Dix septembre 2013, Pierre- Marc Dreyfus est mis en examen, pour notamment importation de stupéfiants en bande organisée. Il est soupçonné d’avoir organisé trois transports de cocaïne à l’aide du Falcon d’Alain Afflelou en provenance de l’Equateur et la République Dominicaine.
Après son passage dans le bureau de la juge, le PDG de SN THS est placé en détention provisoire à la prison des Baumettes.
16 juillet, la magistrate entend le chef d’entreprise sur divers aspects de l’affaire le concernant et notamment « les clients importants à l’époque ». L’entrepreneur, explique ses relations de confiance avec Alain Afflelou avec qui il travaille depuis dix ans.


 l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy à Abu Dhabi 27 février 2013 lors du Forum économique / © AFP
l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy à Abu Dhabi 27 février 2013 lors du Forum économique / © AFP

«…Après ça on avait des vols pour Nicolas Sarkozy qui étaient forcément importants pour nous. »

L’interrogatoire se poursuit. Christine Saunier-Ruellan demande quelle était la société qui a commandé le vol vers Doha. Après quelques tergiversations, le patron de SN THS reconnaît que Lov Group est bien client de sa société. L’entrepreneur poursuit :

ce que je saisis mal, c’est le rapport entre Nicolas Sarkozy et les vols en République Dominicaine


Pierre- Marc Dreyfus est mis en liberté sous contrôle judiciaire, fin août, après dix mois de détention provisoire. Son avocat Maître Pierre Ceccaldi estime que ces investigations sont étrangères à l’enquête Air Cocaïne. Il plaidera lundi 8 septembre, devant la chambre de l’instruction d’Aix en Provence, l’annulation du volet voyages de Nicolas Sarkozy facturés à Lov Group.

Récit Jean-François Giorgetti


Sur le même sujet

Messonier - Zeboudj

Les + Lus