Municipales : Gardanne doit de nouveau voter

Jean-Brice Garella, candidat soutenu par les socialistes en mars 2014, a été battu de 69 voix par le maire communiste sortant, Roger Meï, en place depuis 1977. Le candidat perdant a déposé un recours devant le tribunal administratif de Marseille. Les gardannais retourneront aux urnes

L'élection de la liste communiste conduite par le maire de Gardanne Roger Meï, a été annulée par le tribunal administratif. Son rival de gauche avait demandé l'annulation de l'élection parce que figurait sur la liste du maire sortant, Jean-Marc La Piana, un médecin directeur d'un établissement de soins palliatifs à Gardanne, qu'il estimait inéligible, ce que le tribunal a reconnu, dans sa décision dont l'AFP a obtenu une copie. La justice a en effet estimé que le domicile de M. La Piana à Gardanne était fictif, qu'il habitait en réalité Aix-en-Provence et "n'était pas inscrit au rôle des contributions directes" de la commune (il ne payait pas d'impôts, ndlr).
Or, a estimé le Tribunal Administratif, la notoriété de cet homme est "de nature à influencer le vote de certaines catégories d'électeurs" et donc, au regard du faible écart séparant les deux candidats, "de nature à altérer la sincérité du scrutin".
Le tribunal a annulé en conséquence "l'ensemble des opérations électorales des 23 et 30 mars 2014 dans la commune de Gardanne".
Joint par l'AFP, un porte-parole de Roger Meï n'était pas en mesure, mardi en début d'après-midi, de dire s'il comptait porter l'affaire devant le Conseil d'Etat, plus haute juridiction administrative française.