Le directeur de l'APHM se défend des critiques de l'IGAS

La réponse n'a pas tardé. Après la publication du rapport de l'Inspection Général des Affaires Sociales dénonçant une mauvaise gestion et un endettement des Hôpitaux de Marseille, le directeur général déclare que cette époque "est révolue" et qu'une nouvelle organisation est en place.

La Conception, l'un des hôpitaux de Marseille
La Conception, l'un des hôpitaux de Marseille
Le rapport de l'Igas rendu public ce matin est accablant pour l'Assistance Publique de Marseille qui gère 15 000 salariés répartis sur quatre sites et hôpitaux. Ce rapport dénonce un endettement colossal, des investissements inutiles, une gestion calamiteuse du personnel et des privilèges accordés au syndicat majoritaire FO. Pour le directeur de l'APHM le rapport est obsolète et il annonce qu'un plan de redressement sur 5 ans a été présenté en début de cette semaine au ministère de la santé. "Il y un temps pour semer, un temps pour récolter, et je peux vous dire qu'on recoltera", a-t-il déclaré à l'AFP.

Une époque révolue

Il est vrai que ce rapport a été commandé en mars 2013 par la ministre de la santé, Marisol Touraine et que les personnes mandatées de la mission se sont appuyés sur des éléments de l'année 2012. Depuis, le Directeur général qui a pris ses fonctions au début de l'année 2013 a repensé de la cave au plafond la gestion des ressources humaines selon ses propres termes. "Aujourd'hui, les recrutements sont faits comme dans tous les autres hôpitaux de France, avec une équipe dont je réponds comme de moi-même, il ne peut y avoir de critique surce point", a-t-il affirmé.

Pour le syndicat FO, tout est faux

Dans le rapport de l'Igas, le syndicat majoritaire est accusé d'avoir quasiment la main mise sur les recrutements de personnel. Le secrétaire FO à l'AP-HM Marc Katramados, interrogé par l'AFP, a dénoncé de son côté "un rapport qui ne sert à rien", où "tout est faux". "Il y a toujours des jaloux... Rien ne m'inquiète, ça me fait même rire!  
Le clientélisme, c'est des conneries", a-t-il poursuivi.

reportage de Mathias Julliand et de Virginie Danger
durée de la vidéo: 01 min 56
Réactions au rapport de l'Igas

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter