Tara : bilan catastrophique d'un labo flottant qui traque le plastique en Méditerranée

Tara, le labo flottant traque le plastique en mer / © France3
Tara, le labo flottant traque le plastique en mer / © France3

La goélette Tara réalisait une expédition en Méditerranée, de mai à novembre 2014 afin d'étudier scientifiquement, en mer, la pollution plastique. Leur résultat : il y en a tout le temps et partout ! Une vraie catastrophe selon l'équipe.

Par Valérie Smadja

Ils ont traqué le déchet plastique. Leur résultat : il y en a tout le temps et partout ! Une vraie catastrophe selon l'équipe.
Dans le but d’apporter des réponses, les scientifiques réalisent à bord de Tara une mission interdisciplinaire afin de mieux comprendre les impacts du plastique sur l’écosystème méditerranéen. Une étude scientifique, impliquant 15 laboratoires, est donc menée à bord de Tara sur la pollution plastique en mer, coordonnée par le Laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-mer en France et l’Université du Michigan aux États-Unis. L’accumulation de débris plastique dans la nature est l’un des fléaux récents les plus répandus et durables sur la surface de notre planète. Pourtant nous connaissons trop peu de choses sur ce qu’il advient de ces plastiques et sur leurs rôles dans la dynamique des écosystèmes.

En itw : 
Romain Troublé, secrétaire général de tara expéditions
Marie Barbieux, laboratoire cnrs villefranche-sur-mer
Maria-luiza Pédrotti, chercheur au cnrs - coordinatrice scientifique mission tara

Tara labo à ciel ouvert

Du plastique dans la chaîne alimentaire ?

Tara qualifie les matières plastiques qui se répandent en mer. De véritables écosystèmes microscopiques et macroscopiques (bactéries, protozoaires, micro-algues, crustacés, mollusques etc.) se développent à la surface de ces fragments de plastique posant des questions sur l’entrée probable de ces polluants dans la chaîne alimentaire. « Ce plastique flottant charrié par les grands fleuves qui se jettent en Méditerranée est devenu une composante de son écosystème qui influence la chimie de la mer », explique le Dr Gaby Gorsky, responsable scientifique de la mission et directeur de l’Observatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer.

Sur le même sujet

Les + Lus