280 000 euros de pénalités pour Solliès-Toucas

La préfecture du Var inflige une amende à la commune pour non respect de la loi RSU. Le quota de logements sociaux n'y est pas. Le maire se dit victime de la politique de l'ancienne municipalité.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La nouvelle est tombée le 24 décembre, comme un cadeau de Noël, sous la forme d'un courrier de la Préfecture de Var.
Elle informe la municipalité que, faute de respecter le quota de logements sociaux, 18 contre les 128 imposés par la loi, elle devra s'acquitter d'une amende conséquente: 280 000 euros, soit une augmentation de 400 % par rapport à l'année d'avant.

Pour le maire

on me condamne alors que je n'ai pas encore mis en place le programme que je veux mettre en place depuis mon élection en qualité de maire.


La commune dispose à ce jour de 0,9% de logements sociaux, loin des 20% et même des 25% imposés par la nouvelle loi, et il est difficile d'imaginer que le maire actuel soit néophyte en la matière, puisqu'il fut pendant 19 ans le 1er adjoint de la commune.

Un projet de 131 logements a été déposé en préfecture mais il a de nombreux détracteurs. Pour eux, le site est loin du centre ville et peu adapté.
Reportage