• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Manque de personnels : les pompiers des Alpes-de-Haute-Provence sonnent l'alarme

Les pompiers sont en souffrance et le font savoir. / © DR
Les pompiers sont en souffrance et le font savoir. / © DR

L'intersyndicale des sapeurs-pompiers et pompiers volontaires des Alpes-de-Haute-Provence demande l'embauche de 30 pompiers professionnels pour leur permettre d'assurer les missions de secours, en nette hausse depuis plusieurs années.

Par Annie Vergnenegre

En 12 ans, les opérations des pompiers ont augmenté de 62% dans les Alpes-de-Haute-Provence. Sans augmentation d'effectifs.

Réunis en intersyndicale, les sapeurs-pompiers du SDIS 04, ceux d'Avenir Secours et les volontaires de l'Union Départementale demandent l'embauche de 30 pompiers professionnels pour leur permettre d'assurer convenablement leurs missions.

14.743 interventions en 2018

"On ne demande pas une augmentation de salaire, on demande des embauches pour la sécurité des personnes", souligne José Vasquez, président du syndicat autonome du SDIS 04. Les chiffres parlent d'eux-mêmes pour le syndicaliste.

En 2006, les pompiers ont pratiqué 9.147 interventions. Il y en a eu 14.743 en 2018. "Avec une hausse de 4% par an, on peut faire une projection à 18.400 interventions en 2024", s'inquiète José Vasquyez.

Délai d'intervention plus de 43 minutes

Pour mener à bien ces secours, le département peut compter sur 1.542 volontaires, 69 sapeurs-pompiers professionnels et 41 personnels administratifs, techniques et spécialistes.

Entre 7 h et 19h, un centre de secours sur deux est fermé.

"Les volontaires sont sur-sollicités, et il y a un fort turn-over", explique le syndicaliste."En 5 ans, 50 % des effectfs ont été renouvelés. Entre 7 h et 19h, un centre de secours sur deux est fermé, et on assure les missions avec ce qu'il reste".

"On arrive toujours à temps, mais les pompiers viennent de plus en plus loin. Il faut parfois plus de 43 minutes pour arriver sur les lieux
".

"Pompiers en souffrance, citoyens en danger"

L'intersyndicale a demandé des moyens supplémentaires au président du Conseil départemental, en vain.

"Il refuse pour des raisons financières car cela coûte plus de 900.000 euros", constate José Vasquez. "Mais on ne demande pas 30 embauches d'un coup, on pourrait les étaler sur plusieurs années". 

Rattraper des retards

Pour le président du SDIS 04 et vice-président du département des Alpes-de-Haute-Provence, Pierre Pourcin, il s'agit surtout de rattraper des retards de gestion laissés par la précédente mandature.

"Lorsqu’il y a eu un changement de majorité en 2017 et que j’ai été élu président du SDIS, nous avons trouvé un certain nombre de choses", a-t-il déclaré dans le Dauphiné.

"Le département, ayant des ressources en diminution et des problématiques spécifiques à gérer, n’a pas souhaité cette année rajouter des dépenses en faveur du SDIS. C’est vrai qu’il y a une saturation, tout le monde l’admet. Mais les discussions ne sont pas fermées (...). Nous ne pourrons pas embaucher les 30 pompiers d’un coup. On pourra l’étaler sur les quatre ou cinq prochaines années. Ça, je pense que c’est raisonnable". 

Pour sensibiliser le public à leur situation, les pompiers ont placardé une affiche "Pompiers en souffrance, citoyens en danger". Ils envisagent d'autres actions pour se faire entendre des preneurs de décision. 

Sur le même sujet

Réaction de G.Legay au rapport de Médiapart

Les + Lus