A Antibes, le bilan touristique dans la plaine de la Brague n'est pas bon, plus de deux ans après les inondations

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Lioult
A Antibes, trois campings du quartier de la Brague n'ont plus rouvert après les inondations d'octobre 2015.
A Antibes, trois campings du quartier de la Brague n'ont plus rouvert après les inondations d'octobre 2015. © J.P. BIERLEIN

Pour les Antibois, le quartier de la Brague est difficilement reconnaissable. Les touristes ne sont plus au rendez-vous. La faute aux inondations d'octobre de 2015.

A Antibes, pendant l'été, les campings de la plaine de la Brague, les commerces, le parc d'attractions étaient bondés et constituaient tout un pan de l'économie de la ville. Mais ça c'était avant. Les inondations d'octobre 2015 ont endeuillé la Côte d'Azur et ont fait vingt morts. Ce secteur antibois, près du fleuve et de la plage, a été envahi par les eaux boueuses de la Brague.

Trois campings n'ont jamais rouvert, celui du Pylône, l'un des plus grands d'Europe avec 700 emplacements, a été contraint de ne plus occuper qu'une toute petite partie de son espace.

  
Presque trois ans après le drame, certains emplacements restent vides.
Les habitués sont désemparés face à si peu d'affluence, beaucoup ont changé de région ou de pays. Mais il n'y a pas que les campings qui n'ont pas retrouvé leur clientèle. C'est l'effet domino : les snacks, les boutiques de plage ont perdu une grande partie de leur chiffre d'affaires. 
 
Le quartier cherche un second souffle qui tarde sachant que le risque inondation reste permanent.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.