Cet Antibois a vendu du pain à Fidel Castro

C'était en 1997, images rares de Fidel Catsro lors de l'inauguration de la boulangerie industrielle de Michel Villand.
C'était en 1997, images rares de Fidel Catsro lors de l'inauguration de la boulangerie industrielle de Michel Villand.

Fidel Castro est décidé vendredi. Michel Viland, chef d'entreprise antibois, a réussi à implanter à Cuba une boulangerie industrielle fabriquant du pain français, une belle réussite, qui s'est soldée par une nationalisation de son entreprise.

Par Olivier Le Creurer

Un boulanger raconte ses souvenirs avec Fidel Castro
Quatre jours après la mort de Fidel Castro, à Cuba, les souvenirs en demi-teintes d'un chef d'entreprise antibois qui a expérimenté le régime cubain. Michel Viland a réussi à implanter sur l'île une boulangerie industrielle fabriquant du pain français, une belle réussite, qui s'est soldée par une nationalisation de son entreprise, Michal Viland, a fait un livre de son aventure. Jean-christophe Routhier, Séverine Neuquelman.

C'était en avril 1997, des images rares de Fidel Castro lors de l'inauguration d'une boulangerie industrielle française à Cuba. Pour Michel Villand, patron et initiateur du projet "Les pains de Paris", est resté dans sa mémoire. 

Respect et amitié

De cette expérience cubaine, et de cette rencontre, il en a fait un livre: "Mon associé Fidel Castro". L'histoire était empreinte de respect et d'amitié entre les eux hommes. Tout bascule pourtant le jour où Fidel Castro tombe malade et est remplacé à la tête du pouvoir cubain par son frère Raoul.

Et on se retrouve sans rien, sans indemnité


"Nous avions tellment de jalousie que du jour au lendemain ils ont décidé de nous faire disparaître en nous nationalisant. Et on se retrouve sans rien, sans indemnité. Nous avions mis trois millions de dollars là-bas et je repars avec 5000 francs sur moi, c'est tout!."

En 2009, Michel Villand porte l'affaire devant les tribunaux internationaux et obtient le remboursement de son investissement. "Cuba est un pays pour les puissants, pas pour les PME."

Sur le même sujet

Les + Lus