La websérie azurénne "Nous sommes en guerre" pour se souvenir du quotidien d'une vie confinée

C'est l'histoire d'un scénariste azuréen confiné mais pas dépourvu d'idées. Et comme souvent dans ce métier, l'actualité inspire. Le confinement, une évidence pour Loïc Landrau auteur de "Nous sommes en guerre". Une web série de 6 épisodes 100% confinés !

"Nous sommes en guerre", une production azuréenne
"Nous sommes en guerre", une production azuréenne © Emmanuel Fricero
Dans le journalisme on dit que le manque de chance est une faute professionnelle... Lorsque de son canapé, naît l'idée de raconter le quotidien d'une vie confinée, le scénariste Loic Landrau (journaliste à ses heures) bénéficie d'une double chance : Emmanuel Fricero, un de ses amis d'enfance est réalisateur "on tourne des films ensemble depuis que nous sommes adolescents", et cet ami vit son confinement avec Stana Roumillac, sa compagne, actrice !Alors le défi peut commencer. Des échanges par écrans interposés bien-sur.
Entre les trois amis pour travailler les scènes mais aussi entre les personnages de la série pour respecter les gestes barrière !

De son appartement à Saint-Laurent-du-Var transformé en plateau de tournage-salle de montage,  le réalisateur et sa compagne adaptent la réalisation aux contraintes: "un défi artistique et technologique" assène Emmanuel Fricero. Pas de budget, pas de techniciens, le matériel récupéré au bureau et un appartement comme lieu exclusif de tournage.Le résultat, c'est l'évolution de Stella, le personnage principal de la série. La jeune-femme d'abord dans le déni face à la crise sanitaire et aux affirmations du gouvernement, va rapidement transformer sa vision des choses après avoir été touchée de prés par le Covid-19.Jouer sans ressentir les réactions du partenaire "c'est la principale difficulté" concède Stana.

Mais avec l'expérience, c'est devenu "hyper positif" de créer autrement. Et puis mon rêve c'est de jouer avec Christopher Nolan, c'est une sorte d'entraînement (rires)..."

Le dernier film du réalisateur d'Inception ou d'Interstellar, spécialiste de l'anticipation , doit être l'un des premiers projetés en salle au début de l'été si le déconfinement et le virus le permettent.

> Les 4 épisodes sont à voir en ligne.

Les six épisodes de "Nous Sommes en Guerre" auront eux, modestement mais surement, laissé une trace sur la petite toile, de ces deux mois de vie et de sentiments par écrans interposés.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
internet économie déconfinement société webdocumentaire médias coronavirus/covid-19 santé cinéma culture