Un cas de méningite détecté dans une école de Valbonne

Ce mercredi 22 mars, les parents d'élèves et le personnel de l'école élémentaire de Garbejaïre à Valbonne dans les Alpes-Maritimes, ont reçu une lettre de l'Agence régionale de santé signalant un cas de méningite détecté dans l'établissement. / © Capture Google Maps
Ce mercredi 22 mars, les parents d'élèves et le personnel de l'école élémentaire de Garbejaïre à Valbonne dans les Alpes-Maritimes, ont reçu une lettre de l'Agence régionale de santé signalant un cas de méningite détecté dans l'établissement. / © Capture Google Maps

Ce mercredi 22 mars, les parents d'élèves et le personnel de l'école élémentaire de Garbejaïre à Valbonne dans les Alpes-Maritimes, ont reçu une lettre de l'Agence régionale de santé signalant un cas de méningite détecté dans l'établissement.

Par Anne Le Hars

Un cas de méningite a été détecté à l'école élémentaire de Garbejaïre sur la commune de Valbonne dans les Alpes-Maritimes. Il a été signalé par l'Agence régionale de santé (ARS) ce mercredi.

Il s'agit d'un garçon en classe de CE1. Il souffre d'une "infection invasive à méningocoque et est actuellement pris en charge", précise le courrier distribué aux familles à l'entrée de l'école et adressé par voie électronique.

La lettre stipule que "ne sont concernés que les enfants qui ont été en contact prolongés à moins d'un mètre du lundi 13 au jeudi 16 mars. Dans ce cas les parents doivent se rapprocher de leur médecin traitant."

Aucun autre cas n'a été signalé dans l'école.

► L'Agence régionale de santé, rappelle quelques éléments concernant cette maladie :

"Peu contagieuse, elle se transmet par contact direct avec la salive du sujet infecté (la toux, l'éternuement, le baiser sur la bouche). Pour que le germe se transmette, il faut des contacts directs, de personne à personne, en face à face, répétés, prolongés, à une distance de moins d'un mètre. 

Seules les personnes identifiées à risque bénéficient alors d'un traitement antibiotique afin de prévenir la survenue d'autres cas dans l'entourage ou la collectivité fréquentée par le malade. Cette antibioprophylaxie permet également de rompre la chaîne de transmission de la bactérie. En école primaire, les sujets contacts à traiter sont les suivants (recommandations du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France) : les voisins de classe et les amis proches. Pour les autres élèves de l’école, les enseignants et le personnel des autres classes, le traitement n'est pas recommandé.

Par ailleurs il n'y a pas besoin de désinfection des locaux ou des objets car le méningocoque est un  germe fragile, qui ne survit pas à l'air libre."
Site du ministère de la santé.

Sur le même sujet

Les + Lus