Cet article date de plus de 5 ans

L'épidémie de grippe en plein essor notamment dans les Alpes-maritimes

L'épidémie de grippe saisonnière est désormais en plein essor en France métropolitaine où le nombre de nouveaux cas vus en consultation a doublé en l'espace d'une semaine et devrait continuer à augmenter, selon le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm.
L'épidémie de grippe saisonnière est désormais en plein essor en France métropolitaine.
L'épidémie de grippe saisonnière est désormais en plein essor en France métropolitaine. © Sentinelles
Dans son bulletin hebdomadaire, l'Institut de veille sanitaire (InVS), qui se fonde sur les données fournies par Sentinelles, souligne ce mercredi que l'épidémie de grippe est désormais "confirmée", le seuil épidémique ayant été franchi pour la seconde semaine consécutive la semaine dernière.

"Nous avons observé une très forte augmentation des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale qui ont doublé la semaine dernière par rapport à la semaine précédente", relève Isabelle Bonmarin, chargée de la surveillance de la grippe à l'InVS.


Selon Sentinelles, le nombre des cas a été estimé à 470 pour 100.000 habitants la semaine dernière, au dessus du seuil épidémique (177 cas pour 100.000 habitants).

Le nombre de nouveaux cas pour la semaine dernière a, au total, été estimé à 303.000, contre 149.000 pour la période du 12 au 18 janvier.
Les taux d'incidence les plus élevés ont été observés la semaine dernière en Limousin, en Picardie et en Auvergne.

En région Provence Alpes-Côte d'Azur, la répartition est très irrégulière :

© Sentinelles
L'épidémie pourrait durer environ six semaines avec un pic attendu d'ici à trois ou quatre semaines, selon Mme Bonmarin.
Elle rappelle que le vaccin reste "le meilleur outil de prévention" mais qu'il faut "se dépêcher pour se faire vacciner car il faut attendre deux semaines avant de pouvoir bénéficier d'une protection".

Elle reconnaît toutefois que l'efficacité du vaccin "n'est probablement pas optimale" cette année, la souche grippale A(H3N2) - qui est celle qui est la plus fréquemment observée cette saison - étant un peu différente de celle présente dans le vaccin.

Le vaccin protège en revanche efficacemment contre les deux autres souches qui circulent, A(H1N1) et B.
Dans son bulletin, l'INVS rapporte par ailleurs que 79 nouveaux cas graves de grippe ont été hospitalisés en réanimation la semaine dernière, portant à 223 le nombre total de cas graves répertoriés depuis le 1er novembre et dont 16 ont abouti à des décès.

Les patients admis en réanimation étaient âgés de 4 mois à 98 ans, avec une moyenne d'âge de 62 ans. La majorité d'entre eux avaient un facteur de risque mais seulement 57 avaient été vaccinés contre la grippe.

Vaccination recommandée

La vaccination est notamment recommandée chez les personnes de plus de 65 ans, les femmes enceintes, les personnes souffrant de diverses pathologies. 
Mais l'InVS rappelle également que des mesures d'hygiène simples (limitation des contacts, hygiène des mains, se couvrir la bouche et le nez quand on tousse ou éternue, utiliser des mouchoirs en papier à usage unique) contribuent à limiter la transmission de la grippe.

Pour l'épidémioliogiste de l'Inserm Laurent Toubiana qui vient de créer un nouveau réseau de surveillance de la grippe, l'Irsan, la France pourrait se diriger vers une "épidémie de grande ampleur", le nombre des nouveaux cas estimés cette semaine - 491 cas pour 100.000 habitants - ayant déjà dépassé le pic épidémique atteint l'hiver dernier, mais également ceux de 2011-12 et 2010-11. 
Le réseau Irsan base son évaluation sur des données "en temps réel" fournies par SOS Médecins. (Avec AFP)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé grippe