Cet article date de plus de 5 ans

Une salle des fêtes ouverte provisoirement pour les migrants à Vintimille

Une salle des fêtes a été ouverte provisoirement  à Vintimille pour l'accueil  de  70 migrants.

Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, a appelé mardi l'Italie à mettre en place un "dispositif" de sélection des migrants arrivés sur son territoire
Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, a appelé mardi l'Italie à mettre en place un "dispositif" de sélection des migrants arrivés sur son territoire © Julien Thore
C'est un espace  ouvert  prioritairement pour les familles avec enfants. Le maire de Vintimille,   Enrico Ioculano a décidé d'ouvrir  la salle des fêtes de sa commune aux migrants, qui depuis une semaine, dorment dans le centre ville.
La municipalité espère éviter d'ici deux ou trois jours des dortoirs à l'intérieur même de la gare ferroviaire, rendus nécessaires par la présence de quelque 150 migrants essentiellement originaire de la Corne de l'Afrique.
Beaucoup tentent de passer en France en empruntant le train. 
La France a considérablement durci ses contrôles dans la ville frontière française de Menton, mais aussi dans les gares internationales de Nice et Menton. La police a pour consigne de faire réadmettre en Italie les migrants illégaux qui traversent la frontière.
Une centaine de migrants se sont en outre installés depuis jeudi sur les rochers de bord de mer, à quelques mètres de la frontière française, gardée par des gendarmes.
La salle des fêtes de Vintimille est strictement réservée aux migrants et interdite aux médias, a stipulé M. Ioculano.
Le rappel de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe aux 57 Etats membres
L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a rappelé vendredi ses 57 Etats membres à leur obligation de traiter les migrants de façon "humaine", face aux crispations observées dans certains pays.
"Les Etats doivent continuer à faire en sorte que les droits de tous les individus, y compris les réfugiés et autres migrants, soient respectés, et prévenir les discriminations contre ces groupes vulnérables", souligne le directeur de l'Office des droits de l'Homme de l'OSCE, Michael Georg Link.
"Nous devons rester conscients de notre responsabilité consistant à traiter les réfugiés et les migrants de façon humaine" au moment où "des événements récents au sein de l'OSCE et en marge de celle-ci ont fait de la question du traitement des réfugiés un sujet majeur", ajoute-t-il dans un communiqué.
Les pays de l'OSCE, une organisation de dialogue qui englobe l'ensemble du continent européen, l'Asie centrale, la Russie et l'Amérique du Nord, sont en première ligne face à l'afflux de migrants lié principalement aux conflits en Syrie, en Afghanistan et en Afrique.
De janvier à la fin mai 2015, plus de 100.000 migrants ont traversé la Méditerranée et 1.865 se sont noyés, selon l'Office international des migrations. Des dizaines de milliers de migrants ont par ailleurs rejoint l'Europe par ses frontières orientales.
Les pays de l'Union européenne sont en désaccord sur les modalités d'accueil des migrants, lesquels sont de plus en plus souvent contraints de se contenter d'hébergements de fortune.
Plusieurs pays, dont la France et la République tchèque, ont par ailleurs renforcé leurs contrôles aux frontières et la Hongrie a annoncé cette semaine la construction d'une clôture sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie pour empêcher l'entrée de migrants transitant par ce pays.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants international italie immigration société