Accident St-Isidore: Le Bureau d’Enquête Accident de Transport Terrestre rend ses conclusions

Publié le Mis à jour le
Écrit par coralie becq

En octobre 2015 un camion transporteur de voitures créer un carambolage sur l’A8 dans le sens Italie-Aix-en-Provence. Cet accident impliquant 14 véhicules a coûté la vie à un motocycliste. Le Bureau d’Enquête des Accidents de Transport Terrestre (BEA-TT) publie son rapport.

Circulant dans la descente juste avant le péage de St-Isidore, le camion perd subitement sa capacité de freinage. Il zigzague alors, pour éviter les véhicules, emprunte une voie moins encombrée que les autres, percute les voitures et la structure du péage et fini sa course folle 50 mètres plus bas.



Le bilan est lourd, un automobiliste decède. Huit personnes sont blessées, certaines grièvement. Côté matériel, 14 véhicules sont détruits ainsi qu’une partie des installations.

Analyses toxicologiques

Le 30 octobre le BEA-TT ouvre une enquête et analysent les moindres détails du tragique accident. Aucune trace de drogue ou d’alcool retrouvé chez les chauffeurs, les relevés de téléphone n’indiquent pas de communication à l’heure de l’accident.



D’après les témoignages des chauffeurs tout allait bien jusqu’à ce que les freins ne répondent plus, ils auraient alors tenté le frein à main, le frein moteur, sans succès. Le camion lancé à 115 km/h ne ralentit pas. Le chauffeur principal n’arrive pas à rejoindre la voie de détresse et tente alors de prévenir les automobilistes avec des appels de phare et des coups de klaxon avant de s'encastrer dans la barrière de péage. 







Selon le BEA-TT « la cause directe et immédiate de la collision est la perte de la capacité de freinage en pleine descente ». Deux facteurs ont contribué à cette situation
  •  l’état dégradé du système de freinage
  • l’accessibilité des lits d’arrêt (voie de détresse réservée aux poids-lourds)

BEA-TT

L'enquête a pour but de prévenir de futurs accidents, en déterminant les circonstances et les causes de l’événement analysé et en établissant les recommandations de sécurité utiles. Elle ne vise pas à

déterminer des responsabilités.



Le Bureau d’Enquête des Accidents de Transport Terrestre formule deux recommandations à ESCOTA la société propriétaire de l’autoroute et à la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer (DGITM).



Ainsi il préconise de réfléchir aux distances de sécurité entre deux poids-lourds et de renforcer la signalétique concernant les voies de détresses dans cette descente. Entre le point le plus haut au col de Guerre à 502 mètres et le péage à 25 mètres, le dénivelé est de 477 mètres. Ce qui en fait des portions d’autoroute très dangereuses pour les poids-lourds.



Le rapport complet sur le site du BEA-TT
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité