Ben Arfa à l'OGC Nice ? JP Rivère en appelle au bon sens

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars
Hatem Ben Arfa entouré du président et de l’entraîneur de Nice lors de son transfert avorté en janvier dernier.
Hatem Ben Arfa entouré du président et de l’entraîneur de Nice lors de son transfert avorté en janvier dernier. © VALERY HACHE / AFP

Hatem Ben Arfa pourra-t-il jouer à Nice ? La Ligue de football professionnel (LFP) devait décider ce mardi si elle homologue le contrat de 18 mois le liant à l'OGC Nice, pour lequel la Fifa a donné un avis défavorable en fin de semaine dernière. La LFP a décidé de surseoir à statuer.

Pas de décision aujourd’hui annonce le site de l'OGC Nice. Après avoir entendu ce mardi matin Julien Fournier, directeur général de l’OGC Nice et Jean-Jacques Bertrand, le conseil du joueur, la commission juridique de la LFP a décidé de surseoir à statuer.

Convaincue du caractère seulement « consultatif » de l’avis transmis la semaine dernière par la FIFA, la Ligue souhaite que la fédération internationale exprime une position officielle, avant de rendre sa décision.
Pour ce faire, la LFP a demandé à la FFF de saisir avec diligence la Commission du Statut du Joueur de la FIFA.

Réaction de Jean-Pierre Rivère ce mardi soir :

« On espère qu’on aura la décision finale avant la 38e journée… », réagit, avec une pointe d’ironie, le président de l’OGC Nice sur le site du club.

Nous attendons donc avec impatience que cette nouvelle réunion (de la Commission du Statut du Joueur de la FIFA, ndlr) soit organisée, puis elle sera suivie d’un nouveau passage devant la commission juridique de la LFP », détaille-t-il.

« Nous sommes persuadés d’être dans notre bon droit dans ce dossier. Nous espérons que le bon sens l’emportera », conclut Jean-Pierre Rivère

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.