Jules Bianchi (Nice) signe le 21ème temps des Q3 du Grand Prix de Corée

© AFP
© AFP

L'ogre allemand Sebastian Vettel, en route vers un 4ème sacre mondial d'affilée, n'est pas encore rassasié de victoires et de pole positions : il partira en tête de la grille au GP de Corée, à côté du Britannique Lewis Hamilton. Le Niçois Jules Bianchi a réalisé le 21ème temps.

Par Yves Lebaratoux avec AFP

"C'était serré et c'est une bonne surprise, car je m'attendais à ce que les Mercedes soient très fortes", a réagi Vettel, à chaud, après sa 42ème pole position en F1, la 6ème cette saison, soit une de plus qu'Hamilton, et la 3ème d'affilée après Monza et Singapour.
Vettel n'a battu Hamilton que de 2 dixièmes de seconde, en Q3, mais sans avoir eu besoin de forcer son talent. Il a terminé la séance au ralenti, pour économiser des pneus, une fois informé par son stand qu'Hamilton n'avait pas réussi à faire mieux que lui.

Hamilton n'a pas dit son dernier mot

Un seul tour chrono en pneus super-tendres a suffi pour lui assurer un petit avantage dimanche au départ d'une course qui devrait être épargnée par la pluie, selon les dernières prévisions de la météo locale. Il devra toutefois se méfier d'Hamilton, qui espère pouvoir compter sur une Mercedes très efficace en course, et moins gourmande
en gommes que sa rivale autrichienne.
Triple champion du monde en titre et vainqueur des trois derniers GP de 2013, en Belgique, en Italie et à Singapour, Vettel reste sur 2 victoires de rang à Yeongam, en 2011 et 2012. Il compte 60 points d'avance, en tête du championnat pilotes, sur Fernando Alonso (Ferrari) à six manches de la fin de saison.

Grosjean encore aux avant-postes

La surprise du jour est venue de Romain Grosjean (Lotus), auteur du 4ème chrono de ces qualifications. Le jeune Français partira sur la 2ème ligne, alors que l'autre pilote Red Bull, Mark Webber, auteur du 3ème chrono, sera pénalisé de 10 places sur la grille pour avoir été "pris en stop" par Fernando Alonso après l'arrivée du GP de Singapour.
Grosjean a fait beaucoup mieux que son illustre coéquipier Kimi Räikkönen, seulement 10ème de la Q3 derrière les surprenantes Sauber de Nico Hülkenberg et Esteban Gutiérrez
Et surtout le pilote franco-suisse a parfaitement géré son stock de pneus, en faisant un minimum de tours lancés, ce dont il devrait pouvoir tirer profit dimanche. 

Alonso à l'affût

Du côté de Ferrari, le double champion du monde espagnol a dû se contenter du 6ème chrono et partira sur la 3ème ligne de la grille, derrière la Red Bull de Vettel, la Lotus de Grosjean, toujours aussi serein, et surtout les deux Mercedes, une sur chaque ligne, candidates déclarées à la victoire.
Nico Rosberg aussi sera bien placé pour briller, comme lorsqu'il a gagné à Monaco et à Silverstone, mais sur sa 2ème ligne, à côté de Grosjean, il devra se méfier d'un Alonso capable de prendre encore un départ-canon, comme à Singapour, puis d'appliquer à merveille la stratégie choisie par la Scuderia.

Choix de pneus déterminants

Les choix de pneus seront déterminants et les trois écuries dont les deux monoplaces ont été éliminées en Q2, McLaren, Force India et Toro Rosso, partiront a priori en pneus medium, plus durs, pour en changer le plus tard possible.
Leurs pilotes pourront aussi attendre la fin de course, quand leur voiture est moins chargée en essence, et donc moins lourde, pour passer un train obligatoire de pneus super-tendres. Cette stratégie, rendue quasi-obligatoire par leur résultat de samedi, pourra leur permettre de viser les points du Top 10.

Du côté des Bleus. Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) s'est qualifié en Q2, mais s'élancera 16ème. Charles Pic (Caterham) a signé le 19ème temps, Jules Bianchi (Marussia) le 21ème.

Sur le même sujet

Les + Lus