Le parcours du combattant commence pour les étudiants en quête d'un logement sur Nice

Bon nombre des 51 000  étudiants de l'académie Nice-Toulon sont déjà en train d'etudier..les  petites  annonces immobilières pour trouver un logement. Problème : sur Nice, les loyers demandés par les  propriétaires privés sont chers et le nombre de places en cité U est limité. 

© France3 Côte d'Azur
Ils sont venus pour décrocher une bourse, un financement pour leurs études et pour leur loyer dans les locaux du Crous. Ils sont à la recherche de la moindre chambre, du moindre studio; les tarifs de la Côte d'Azur leur font peur.
La recherche est délicate, parce-qu'aujourd'hui beaucoup de logements étudiants se trouvent dans le parc  privé, par agence ou particulier.
400 ou 500  euros en moyenne un  studio, cela reste très élevé. Dans ces conditions, la majorité des jeunes souhaitent que l'offre du Crous, du parc public soit augmenté.
Actuellement, pour 51 000 étudiants sur le Var et les Alpes-Maritimes, il y a 4200 places en cité U seulement, avec des chambres de 9 m2, par exemple, sur le quartier Fabron à Nice.
Conséquence : beaucoup de  monde sur listes d'attente pour des tarifs évidemment attractifs.
Le Crous annonce 300 places en cité U supplémentaires d'ici à 2015, mais il y a très peu de terrains et le foncier est cher à Nice.
En attendant, les associations étudiantes font remarquer qu'il y a un réel danger pour payer les loyers élevés.
Pour tous ceux qui ne pourront être admis en chambre universitaire, le Crous a mis en place un site internet LoKaviz où il essaie de labelliser les propositions de propriétaires privés qui soient correctes et décentes. Par ailleurs, un partenariat avec les banques a été mis en place pour quelles puissent se porter garantes des  cautions demandées pour ces locations privées.

durée de la vidéo: 02 min 46
Difficultés logements étudiants

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter