Son fils condamné, une locataire d'un logement social doit être expulsée à Nice, 72 procédures sont en cours

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Lioult
Une locataire de cet immeuble sera expulsée car son fils a été condamné à 20 moi de détention pour trafic de stupéfiants.
Une locataire de cet immeuble sera expulsée car son fils a été condamné à 20 moi de détention pour trafic de stupéfiants. © RAYMOND CHAPELARD / FTV

C'est une première en France. Le bail d'un logement social de la mère d'un dealer qui logeait son fils est résilié, elle sera expulsée conformément à un nouveau règlement mis en place par le bailleur. Cette décision est loin de faire l'unanimité.

C'est une affaire qui fait grand bruit. A Nice, le bailleur social Côte d'Azur Habitat a demandé au tribunal judiciaire l'expulsion d'une locataire, logée dans le quartier de l'Ariane.

Son fils de 19 ans, qui vivait avec elle, a été condamné pour trafic de stupéfiants à une peine de 20 mois de détention, il se serait livré à de multiples dégradations selon le jugement du tribunal en date du 13 juillet dernier.

Le bailleur social lui a donné gain de cause. Le maire de Nice se félicite de cette décision sur France 2 ce mardi 7 septembre. Il estime que depuis 2018, de nombreuses nuisances et dégradations ont été signalées à la locataire.

Depuis 2018, plusieurs injonctions de rappel ont été lancées. Vous ne croyez pas que le chef de famille, en l'occurrence la mère, aurait pu réagir ?

Christian Estrosi, maire de Nice

Pour le président de Côte d'Azur Habitat, Anthony Borré, cette décision a un fondement juridique très clair. Chaque locataire signe le règlement intérieur qui rappelle le principe de responsabilité de tous ceux qu'il héberge.

S'ajoute une convention établie en novembre 2020 entre la mairie de Nice, le préfet des Alpes-Maritimes et le procureur qui permet au bailleur social d'être informé des condamnations pénales de ses locataires.

Quand on est parent, on a un esprit de responsabilité à l'égard de ses enfants. Quand il y a trafic, on doit pouvoir être expulsé. Je veux dans ces quartiers de la mixité sociale et un accompagnement pour tous les locataires qui souffrent d'une minorité qui trafique.

Anthony Borré, président de Côte d'Azur Habitat à France 2

Il se félicite donc de cette décision. 72 procédures d'expulsion sont en cours. Il y aurait 16.000 dossiers en attente pour obtenir un HLM dans la commune de Nice.

Une mesure injuste, selon certaines associations

David Nakache est le président niçois de l'association Tous Citoyens. Il estime que cette sanction sociale est une double peine pour une mère de famille qui n'a pas été condamnée par la justice et qui n'a commis aucun délit.

Même avis de Teresa Maffeis, de l'association ADN (association pour la démocratie à Nice). Elle milite aussi dans l'association DAL 06 (droit au logement).

Pour elle, cette situation est choquante, car "on pénalise une maman qui comme toutes les mamans, fait ce qu'elle peut".

Elle s'inquiète sur les demandes d'expulsion en cours. Pour elle, il convient de s'interroger sur les conséquences de ces décisions si des familles ne peuvent plus accéder à un logement social.

Scolarisation des enfants, logements en ville dans des taudis avec des marchands de sommeil, pour elle, les conséquences sociales et éducatives peuvent être dramatiques, et il s'agit d'une punition collective pour des actes commis par un proche.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.