Xylella: 10 espèces interdites à la vente dans les Alpes-Maritimes

10 espèces de végétaux, parmi lesquelles le romarin, la lavande dentée et le genêt, devraient être prochainement interdites à la vente, a décidé le préfet des Alpes-Maritimes. Ces mesures interviennent après la découverte d'une plante atteinte par la maladie il y a une semaine à Nice. 

© AltoPress / Maxppp
Le transport et la vente de 10 espèces sont interdits dans les Alpes-Maritimes. Les 10 espèces concernées sont l'érable sycomore, le genêt de Ténérife, le genêt faux raisin d'ours, le romarin, le faux genêt d'Espagne, la véronique arbustive, la lavande dentée et ses hybrides, le myrte commun, le pelargonium odorant et le polygale à feuilles de myrte. Ces 10 espèces, très communes, comptent parmi les plus susceptibles d'être contaminées par la bactérie. La contamination peut s'effectuer par les insectes, mais aussi lors de la taille ou des boutures. 

"Ces plantes seront consignées chez les pépiniéristes jusqu'à nouvel ordre"

a précisé à l'AFP François Goussé, qui dirige la direction régionale de l'Agriculture, de l'alimentation et de la forêt. 
Ces mesures, qui devraient s'appliquer à l'ensemble du département des Alpes-Maritimes, interviennent après la découverte d'une plante atteinte par la maladie il y a une semaine à Nice. Située sur un terre-plein central, la plante concernée, un polygale à feuilles de myrte, ainsi qu'une vingtaine d'autres plants de la même espèce, ont d'ores et déjà été arrachés et incinérés par les services municipaux. La plante avait été achetée auprès d'un producteur italien. 

Arrachages prévus chez les particuliers

L'élimination de plantes n'est envisagée qu'à proximité de l'endroit  où a été découvert le cas à Nice.  Dans un rayon de 100 mètres autour du terre-plein concerné (quartier Saint-Isidore, rond point sur le boulevard du Mercantour), la préfecture, avec le concours du département, va envoyer dès vendredi une équipe chargée de désinsectiser, arracher et incinérer les plantes dès lors qu'elles feront partie de la liste des 10 espèces suspectes. Cette opération prise en charge par les pouvoirs publics concerne une soixantaine de particuliers.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement agriculture société économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter