Cet article date de plus de 3 ans

Aix-Marseille : la métropole s'engage pour limiter la circulation automobile pour réduire la pollution

Marseille, Nice, Toulon, Paris, au total 15 métropoles ont signé ce lundi au ministère de la transition écologique, un engagement à limiter la circulation automobile pour réduire la pollution
Quinze métropoles françaises, parmi lesquelles Aix-Marseille, Toulon, Nice ou encore Paris, se sont engagées auprès de l'Etat à mettre en place ou à renforcer des zones à faible émissions (ZFE). Hier, Alexandre Gallèse, délégué à la Stratégie environnementale, au Plan climat et à la Prévention des risques, à la métropole Aix-Marseille, a signé un engagement visant à améliorer la qualité de l’air. Cette signature officielle a eu lieu au Ministère de la transition écologique et solidaire.


Un engagement d'ici fin 2020

D'ici fin 2020, les métropoles vont créer des périmètres dans lesquels, progressivement, les véhicules les plus polluants seront interdits à certains horaires. Le dispositif repose sur le système de vignette Crit'Air. En contrepartie de la création de ces ZFE, l'Etat s'est engagé à accompagner les collectivités, par exemple en aidant à réaliser les études pour définir le périmètre de ZFE le plus approprié.
Pour la métropole Aix-Marseille, le projet en est encore qu'au stade de la réflexion, mais elle va étudier la création d'une ZFE sur le centre urbain de Marseille.

Cette Zone à Faibles Émissions est un élément d’une stratégie et d’une ambition plus globale en matière de mobilité, de réduction des émissions de Gaz à effet de serre et de pollution atmosphérique porté par le Plan environnement Territorial et les futurs Plan de Déplacement Urbain et Plan Climat Air Energie Métropolitains

a indiqué la métropole Aix-Marseille.


Les engagements de la métropole Aix-Marseille

La métropole étudie la création d'une ZFE sur le centre urbain de Marseille.

La démarche prendra en compte le travail en cours en matière de régulation des véhicules de livraisons, engagé par la ville de Marseille, qui sera mis en œuvre en juin 2019

précise la métropole.
Dans un esprit plus global de la mobilité sur le territoire métropolitain, elle s'engage à la réalisation de travaux d'ici 2025 :L'objectif est d'augmenter le nombre de déplacements en modes doux de 25%, en transport en commun urbains de 40% et interurbains de 140%.
Les perspectives sont de supprimer chaque année 111.200 tonnes d'émissions de CO2 et 320 tonnes d'émissions de NOx.

En France, chaque année, la pollution de l'air serait responsable de 48.000 décès prématurés.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société