• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Arles : Jeanne Calment, doyenne de l'humanité ou imposture ?

Jeanne Calment, le 17 octobre 1995 / © MaxPPP
Jeanne Calment, le 17 octobre 1995 / © MaxPPP

Un mathématicien et un gérontologue russes affirment que le record de longévité de Jeanne Calment est une imposture. Selon eux, Yvonne, la fille de Jeanne aurait pris le nom de sa mère pour ne pas payer les droits de successions.

Par Ludovic Moreau


Jeanne Calment est officiellement née à Arles, le 21 février 1875 et morte dans la même ville, le 4 août 1997, à l'âge de 122 ans, 5 mois et 14 jours, devenant ainsi la doyenne de l'humanité, tous sexes confondus. Mais, voilà que ce record de longévité de l'idole des français est peut-être une imposture.

Le mathématicien russe et généalogiste amateur Nicolaï Zak en est convaincu. Soutenu par le gérontologue russe Valeri Novosselov, il a pendant des mois analysé biographies, interviews, photos, ainsi que les archives d'Arles et des témoignages de ceux qui l'avaient connue.

L'analyse de tous ces documents m'a amené à la conclusion que la fille de Jeanne Calment, Yvonne, a pris l'identité de sa mère

a estimé Nicolaï Zak, interrogé par l'AFP.

Le mathématicien, membre de la Société des Naturalistes (MOIP) de l'Université de Moscou, a publié récemment son étude "Jeanne Calment: the secret of longevity" sur le site ResearchGate, un réseau international pour chercheurs et scientifiques.


Usurpation d'identité ?

En 1934, la version officielle indique qu'Yvonne, l'unique fille de Jeanne Calment serait morte d'une pleurésie. Selon le chercheur russe, ce n'est pas la fille de Jeanne Calment qui serait morte, mais Jeanne Calment elle-même. Yvonne aurait emprunté l'identité de sa mère pour ne pas payer les droits de successions. C'est Yvonne qui serait morte le 4 août 1997, mais à l'âge de 99 ans.

Pour étayer cette thèse, le chercheur avance 17 éléments, parmi lesquels, une photocopie de la carte d'identité de Jeanne Calment datant du début des années 1930. Sur cette carte d'identité, Nicolaï Zak indique que la couleur des yeux (noirs), la taille (1,52 m) et la forme du front (bas) ne correspondent pas à celles de Jeanne Calment au cours des dernières années de sa vie.
 
Carte d'identité de Jeanne Calment datant des années 1930
Carte d'identité de Jeanne Calment datant des années 1930
Selon Nicolaï Zak, la forme des oreilles de Jeanne Calment seraient différentes entre la photo des années 1930 et celle prise les dernières années de sa vie / © "Jeanne Calment: the secret of longevity" sur le site
ResearchGate
Selon Nicolaï Zak, la forme des oreilles de Jeanne Calment seraient différentes entre la photo des années 1930 et celle prise les dernières années de sa vie / © "Jeanne Calment: the secret of longevity" sur le site ResearchGate

Le médecin Valeri Novosselov, qui dirige la section gérontologique au sein de la Société des Naturalistes de Moscou, soutient la thèse de l'imposture :

J'ai toujours eu des doutes sur son âge. L'état de ses muscles était différent de celui des autres doyens. Elle se tenait assise sans aucun soutien. Elle n'avait aucun signe de démence

a indiqué le spécialiste des personnes âgées à l'AFP.


Une thèse "à charge" selon les détracteurs

Le démographe et gérontologue français Jean-Marie Robine avait participé à la validation par le Livre Guinness des records de l'âge
de Jeanne Calment. Il assure n'avoir "jamais eu aucun doute sur l'authenticité des documents" de cette dernière. Il dénonce :

un texte à charge, qui n'examine jamais les faits en faveur de l'authenticité de la longévité de Madame Calment, m'apparaît diffamatoire vis à vis de sa famille

Autre interrogation, si Jeanne est en réalité sa fille Yvonne, comment aurait-elle pu rencontrer le peintre Vincent Van Gogh, mort en 1890 et surtout, cela voudrait dire que l'époux de Jeanne, Fernand Calment, aurait vécu maritalement jusqu'à sa mort, avec sa propre fille, difficile à croire dans cette France de l'entre-deux-guerres.
Si la thèse russe est vrai, Fernand Calment, l'époux de Jeanne, aurait vécu maritalement jusqu'à sa mort avec sa propre fille Yvonne
Si la thèse russe est vrai, Fernand Calment, l'époux de Jeanne, aurait vécu maritalement jusqu'à sa mort avec sa propre fille Yvonne


L'usurpation d'identité, une idée ancienne

L'hypothèse de l'usurpation d'identité pour expliquer le record de longévité de Jeanne Calment avait déjà été envisagée, notamment par Nicolas Brouard, directeur de recherche à l'institut national d'études démographiques (INED), qui félicite le chercheur russe pour ses investigations indépendantes.

Nicolaï Zak a eu l'idée d'enquêter sur la vie de Jeanne Calment pendant la création d'un "modèle mathématique" de la durée de vie des supercentenaires:

Plus je fouillais, plus je découvrais de contradictions

Au cours de ses recherches, il découvre un livre datant de 1997, "L'assurance et ses secrets". Un petit passage est consacré à Jeanne Calment qui soulève l'hypothèse d'un échange d'identités entre la mère et la fille.

L'auteur du livre, Jean-Pierre Daniel, raconte qu'un contrôleur des sociétés d'assurance, se penchant sur le viager signé par la centenaire, avait déjà conclu à une fraude.

A l'époque, Jeanne Calment était déjà considérée comme une idole nationale. Ce fonctionnaire a interrogé son administration, qui a répondu qu'il fallait continuer à payer la rente. Il n'était pas question de faire un scandale avec la doyenne des Français

explique-t-il à l'AFP.
Alimentant les doutes, les chercheurs russes affirment qu'une fois devenue célèbre, Jeanne Calment aurait ordonné de brûler une partie de ses archives photos.


L'exhumation des corps

Après la mort de Jeanne Calment, des scientifiques avaient regretté qu'aucune autopsie ne soit menée pour expliquer la longévité exceptionnelle de la doyenne de l'humanité.

Avec cette polémique, l'idée d'exhumer les corps ressurgit. Celui de Jeanne bien sûr, mais aussi celui d'Yvonne.

Seule une analyse des ADN mettra un point finale à cette affaire

a indiqué Nicolas Brouard à nos confrères de l'AFP. Une idée soutenue par le démographe belge Michel Poulain, professeur de l'Université de Louvain, qui évoque la nécessité de "réinvestir scientifiquement pour valider l'âge exceptionnel de ces "supercentenaires"" (110 ans et plus).

La probabilité d'un âge erroné augmente de façon exponentielle avec l'âge présumé

a-t-il expliqué à nos confrères.
Jeanne Calment, doyenne de l'humanité?
Equipe : Annie Vergnenègre, Alban Poitevin, Sébastien Micaelli




 

Sur le même sujet

Les 3 premiers noms du 59e Jazz à Juan

Les + Lus