Fos-sur-Mer : l'état de santé des habitants "fragilisé" par l'environnement industriel

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ludovic Moreau
Les habitants de Fos-sur-Mer et de Port-Saint-Louis-du-Rhône ont une santé "fragilisée" par un environnement pollué
Les habitants de Fos-sur-Mer et de Port-Saint-Louis-du-Rhône ont une santé "fragilisée" par un environnement pollué © CLEMENT MAHOUDEAU

Mardi 20 mars, lors d'une conférence de presse, l'Agence Régionale de Santé (ARS) a rendu les conclusions d'une étude sur l'état de santé des habitants de Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône. Etat de santé "fragilisé" par un environnement pollué

Mardi 20 mars, lors d'une conférence de presse à Istres, l'Agence Régionale de Santé (ARS) a rendu les conclusions d'un rapport de l'Agence gouvernementale Santé Publique France. Pour essayer d'être simple, ce rapport correspond en fait à une analyse des conclusions d'une étude indépendante sur l'état de santé des habitants de Fos-sur-Mer et de Port-Saint-Louis -du-Rhône. Baptisée Fos-Epséal, cette étude menée par une équipe franco-américaine avait apportée des résultats alarmants sur l'état de santé des habitants. La publication de Fos-Epséal avait provoqué de fortes inquiétudes, puisqu'elle indiquait que les femmes habitant dans cette zone industrielle avaient trois fois plus de cancer que la moyenne nationale, ou encore que 63% de l'échantillon interrogé déclarait une maladie chronique contre 36% en France.
La publication de l'étude Fos-Epséal avait été accueillie, à l'époque, avec méfiance, compte tenu de sa méthode d'analyse inhabituelle, qui impliquait les riverains dans la réalisation d'un questionnaire de santé.

L'ARS reconnaît un état de santé "fragilisée"

Malgré la méthode controversée de l'étude Fos-Epséal, l'ARS reconnaît un constat sanitaire inquiétant.

Les habitants de la zone industrialo-portuaire connaissent un état de santé "fragilisé, dans une zone fragilisée par la pollution environnementale

a affirmé Muriel Andrieu-Semmel, de l'ARS Paca à l'AFP. Elle ajoute

On n’a pas besoin de démontrer par une étude qu'une part de cet état de santé est liée à l'environnement pour adapter notre action, on en est convaincus

L'étude Fos-Epséal, publié dans la revue scientifique "Journal of public health" intéresse malgré tout les scienfiques de Santé Publique France.

Elle a eu le mérite de mettre en évidence certains signaux comme la prévalence du diabète de type 1 qu’on n’atteint pas par une approche épidémiologique classique

ont-ils confirmé à l'AFP.
L'étude Fos-Epséal confirme les résultats relevés par l'Observatoire Régional de Santé (ORS) qui révèlent une mortalité par cancer supérieur de 34% chez les hommes par rapport à la moyenne nationale de 2009 à 2013.

Revela 13

L'ARS a annoncé à l'AFP qu'une étude, baptisée Revela 13, ciblée sur les cancers professionnels et environnementaux dans le département, doit rendre ses premières conclusions au premier trimestre 2019.

Il y a un tribut important payé par les travailleurs

a estimé Muriel Andrieu-Semmel à l'AFP.
L'ARS a par ailleurs conclu que l'Etat promet d'intervenir sur les pollueurs pour renforcer la surveillance des émissions polluantes des industriels de l'étang de Berre et les faire réduire.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.