Aide de 80 000 euros de Marseille aux réfugiés de Gaza : on vous explique la polémique en trois actes

La Ville de Marseille a voté une aide de 80 000 euros pour les enfants de Gaza, une première subvention avait été accordée en décembre à un programme de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens dans le Proche Orient.

Ce vendredi 16 février, le conseil municipal de Marseille a voté à l'unanimité une aide de 80 000 euros à l'Unicef. En décembre, la municipalité de gauche avait déjà accordé une subvention à l'UNRWA, au profit des Palestiniens de la bande de Gaza, avant de la suspendre en janvier.

France 3 Provence-Alpes vous explique la polémique en trois actes.

Acte 1 : la Ville vote une aide à l'UNRWA

Lors du conseil municipal du 15 décembre, la majorité du maire de gauche Benoît Payan vote l'octroi d'une aide de 80 00 euros à l'UNRWA, l'agence Nations Unies chargée de l'aide aux réfugiés palestiniens. L'organisation fait face à une crise humanitaire sans précédent depuis le début conflit israélo-palestinien, dans la bande de Gaza. L'UNRWA est dans le viseur d'Israël, qui accuse 12 de ses employés d'être impliqués dans les attaques du Hamas du 7 octobre. Suite à ces accusations, plusieurs pays occidentaux, dont la France, ont suspendu leurs aides à l'agence de l'ONU. 

Acte 2 : Benoît Payan suspend le versement

Le 29 janvier, alors que l'UNRWA annonce avoir congédié plusieurs employés impliqués avec le Hamas, le maire de Marseille suspend l'aide votée à l'UNRWA pour Gaza. Le groupe d'opposition de droite, Une volonté pour Marseille, l'avait interpellé sur les réseaux sociaux pour qu'il annule la subvention : "Nous avions émis de sérieux doutes quant à la fiabilité et la probité de cette association, doutes que le maire avait refusé d’entendre en conseil municipal".

Le maire explique dans le quotidien La Provence, suspendre le versement de son aide dans l'attente de la position officielle de la France sur l'agence.

Acte 3 : La Ville vote une aide à l'Unicef

Se rangeant derrière la ligne diplomatique du gouvernement français, le maire de Marseille a suspendu l'aide à l'UNRWA. Ce vendredi 16 février, le conseil municipal a voté une aide de 80 000 euros à l'Unicef. "Les enfants sont les premières victimes de ce drame. Il n’y a qu’une seule urgence : c’est préserver les vies humaines", a déclaré le maire. 

"Le Maire a accepté de suspendre la subvention de l’UNRWA et de verser une subvention équivalente à une association juive pour aider les enfants victimes des attentats", s'est félicitée Martine Vassal sur X (anciennement Twitter).