Corps carbonisés près de Marseille : une victime identifiée

Les deux corps calcinés portant des impacts de balles ont été découverts samedi soir sur le parking d'OK Corral à Cuges-les-Pins. / © F 3
Les deux corps calcinés portant des impacts de balles ont été découverts samedi soir sur le parking d'OK Corral à Cuges-les-Pins. / © F 3

L'un des deux corps retrouvés carbonisés sur le parking d'OK Corral à Cuges-les-Pins a été identifié. Il s'agit d'un homme d'une vingtaine d'années connu pour son appartenance au "narco-banditisme". 

Par AV avec AFP

A cause du mode opératoire, les enquêteurs privilégient le règlement de comptes et l'idendité d'une des deux victimes va dans ce sens. IL s'agit d'un homme de 26 ans, connu des services de police pour son appartenance au narco-banditisme, ces bandes criminelles qui se mènent une lutte sanglante pour le contrôle du trafic
de drogue.  

Deux corps carbonisés avaient été découverts dans la nuit de samedi à dimanche, sur le parking du parc d'attraction Ok Corral à Cuges-les-Pins, à une trentaine de kilomètres de Marseille.  Les victimes auraient été abattues avant d'être brûlées.

Cinq morts depuis le début de l'année​


Cela porte à cinq le nombre de morts dans des règlements de compte depuis le début de l'année. Le précédent datait seulement de vendredi soir, avec la mort d'un homme d'une trentaine d'année, tué de deux balles dans la tête dans l'est de Marseille.

Deux autres homicides avaient été perpétrés en janvier, dont une fusillade mortelle à la Kalachnikov dans le quartier festif de La Plaine. Un troisième, dans lequel un adolescent de 17 ans a été tué, n'est pas classé comme règlement de comptes.

Cette série avait été entamée toute fin 2017, avec deux morts entre Noël et Nouvel An, éclipse une relative accalmie sur l'ensemble de l'année dernier : 14 décès dans des règlements de comptes déplorés par la préfecture de police, contre 29 en 2016, année noire. 

Travail sans fin


Du côté policier, la crainte d'une poussée de violence, dans une ville qui reste une plaque tournante du trafic de cannabis, source importante de revenus dans plusieurs cités minées par la pauvreté, se réveille cependant.

Il y a tellement de sorties de prisons, et tellement d'équipes prêtes à régler leurs comptes...,

soupirait dimanche un policier marseillais. La lutte contre le trafic est "un travail sans fin", commentait mi-janvier une autre source policière. "


Sur le même sujet

Un accident de deux hélicoptères militaires fait cinq morts dans le Var

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés