Covid : l'impossible retour au pays des Algériens de Marseille

Le gouvernement algérien a fermé ses frontières depuis le mois de mars 2020 pour tenter d'enrayer la propagation du Covid-19. De nombreux Algériens se retrouvent bloqués à Marseille. Témoignages devant les portes du consulat général d'Algérie. 

Depuis le 9 janvier 2021, aucun avion en partance de Marseille ne s'est rendu en Algérie.
Depuis le 9 janvier 2021, aucun avion en partance de Marseille ne s'est rendu en Algérie. © Fayez NURELDINE / AFP

Juste une mer sépare ces centaines d’Algériens de leur pays. Depuis la mise en place du premier confinement en France le 17 mars 2020, le gouvernement algérien a fermé ses frontières. Tous les vols ont été suspendus à destination de l’Algérie.

Pour des milliers d'Algériens qui souhaitaient rejoindre leur famille, une campagne de rapatriement s’est finalement ouverte le 23 décembre. Elle devait se terminer le 31 janvier 2021. Elle s’est interrompue précocément le 10 janvier.

Vingt-trois vols ont pu décoller de l’aéroport de Marignane vers l’Algérie permettant le rapatriement de quelque 5.000 passagers.

Sur la mer, le trafic entre la France et l'Algérie a aussi été suspendu. Selon Kamal Issad, directeur d’Algérie Ferries Europe, "le dernier départ c’était le 18 mars. Notre compagnie a effectué un seul rapatriement, c’était le 22 juillet. Environ 500 Algériens sont alors rentrés au pays".

Pas de chiffre officiel sur le nombre d'Algériens bloqués sur le territoire français depuis. Le groupe Facebook "Rapatriement d'Algeriens bloqués en France" compte plus de 16.000 membres et tournent à raison de 80 messages par jour. Comme une preuve que la situation est loin d'être réglée.

Les bateaux de la compagnie maritime Algérie Ferries Europe n'ont plus transportés de passagers en direction des côtes algériennes depuis le 22 juillet 2020.
Les bateaux de la compagnie maritime Algérie Ferries Europe n'ont plus transportés de passagers en direction des côtes algériennes depuis le 22 juillet 2020. © Nicolas VALLAURI / MaxPPP

Au consulat : des centaines de candidats au départ

"On n’a pas le droit de rentrer chez nous en Algérie". Écharpe aux couleurs du drapeau algérien autour du cou, une vieille dame dénonce. Comme elle, ils sont des centaines à se mobiliser devant le consulat général d’Algérie à Marseille. Le bâtiment est devenu le lieu de leur rassemblement chaque samedi, avec toujours le même message en leitmotiv: "Ouvrez les frontières de l’Algérie".

Derrière elle, des dizaines d’hommes et de femmes expriment leur colère. Ils scandent leurs revendications devant les deux grandes portes noires du consulat algérien. Un homme laisse exploser sa colère : "On est humilié devant le monde entier".

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés mardi 26 janvier 2021, devant le consulat général d'Algérie à Marseille.
Des dizaines de manifestants se sont rassemblés mardi 26 janvier 2021, devant le consulat général d'Algérie à Marseille. © Fares ARBAOUI / FTV

Malgré le port du masque, les visages ne trompent pas. Désespérés, à bout de nerfs, tous en ont assez. Pour certains, voilà plus d’un an qu’ils n’ont plus mis les pieds dans leur pays, privés de leurs proches.

"Ça  fait treize mois que je suis ici, j’ai besoin de voir ma famille. Des membres de ma famille sont décédés en Algérie et je n’ai pas pu assister à leurs derniers instants. Je n’étais pas présente à leur enterrement", explique une sexagénaire, le regard perdu. 

Devant le consulat, ces ressortissants brandissent leurs passeports. Quelques-uns affichent leurs précieux billets d’avion à destination d’Alger, seule ville de départ et de rapatriement. Avec l’espoir de se faire entendre. Peine perdue.

Communication quasi inexistante

Leurs pieds foulent le sol de la rue Paradis, pourtant c’est un enfer qu’ils vivent pour obtenir des réponses concrètes du consulat algérien. La foule gronde. Les samedis les portes sont closes. Comme le lundi. Des barrières et quatre agents de sécurité protègent l’entrée. Alimentés par la fatigue, les débordements ne sont jamais loin.

Deux salariés tiennent un registre. Les Algériens y notent leurs noms pour pouvoir prendre rendez-vous avec des personnels du consulat, prochaine étape d'un retour hypothétique.

Les agents de sécurité précisent : "Ces rendez-vous ne permettent pas de retourner en Algérie. À la préfecture vous prenez rendez-vous. Dans chaque lieu administratif, vous prenez rendez-vous. Ici c’est pareil !". Ambiance...

Sollicité, le consulat général d’Algérie à Marseille n'a pas souhaité répondre à nos questions. Ni de l'ambassade d'Algérie à Paris. Pas plus d'informations du côté d'Air Algérie. 

A Marseille, l'agence de la compagnie aérienne se trouve en face de la gare Saint-Charles. Rideau tiré. Un habitant du quartier nous informe que l’agence n’a plus rouvert depuis les fêtes de fin d'année.

Les bureaux de la compagnie aérienne Air Algérie à Marseille, fermés mardi 26 janvier 2021
Les bureaux de la compagnie aérienne Air Algérie à Marseille, fermés mardi 26 janvier 2021 © Fares ARBAOUI / FTV

Une situation toujours dans l’impasse

Fin janvier, aucune annonce officielle n’avait été faite par le gouvernement algérien concernant le rapatriement de ses ressortissants.

Avec la résurgence des cas de coronavirus causés par les variants, la situation semble se compliquer pour ces expatriés. Et le spectre d’un troisième confinement, éloigne un peu plus la perspective d’un retour proche en Algérie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca économie