Football : La folle épopée des Comores en Coupe d'Afrique enflamme Marseille

Publié le Mis à jour le

Les Comores joueront pour la première fois de leur histoire un huitième de finale en Coupe d'Afrique des nations. Un exploit dignement fêté dans la cité phocéenne, où vit la plus grande diaspora comorienne. Un parcours qui suscite beaucoup de fierté. La moitié des joueurs de l'équipe nationale est née ou a grandi à Marseille.

Des scènes de liesse. Une foule ivre de bonheur. Au pied des barres d'immeubles de la cité Félix Pyat, dans le troisième arrondissement de Marseille, des centaines de supporters affluent. Il y aussi beaucoup de monde sur les balcons. Certains agitent le drapeau des Comores, d'autres lèvent les bras en l'air et en cadence. Dans l'euphorie nocturne, les téléphones portables s'illuminent pour immortaliser un moment historique.

La joie des supporters

Les Comores se sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupe d'Afrique des nations. Une première pour cette sélection qui découvre la compétition. Dans le quartier, c'est soir de fête. DJ Hatoir, frère du gardien de but Salim Ben Boina a sorti les platines pour mixer toute la soirée. La maman de l’internationale comorien a aussi rejoint la diaspora pour savourer ce moment.

"C'est un rêve. C'est un rêve. J'ai encore du mal à réaliser. Je me dis par moment, c'est pas possible. C'est des guerriers. C'est un bel exemple pour les jeunes des quartiers. Je suis fière"

Madame Ben Boina

A Marseille, où vit la plus grande communauté comorienne, on suit de très près le parcours de l'équipe nationale. Depuis le début de la compétition, des fan zones ont été aménagées dans les quartiers nord de la ville. "C'est nos cousins, nos amis d'enfance, des personnes avec qui ont a joué lorsqu'on était jeune. C'est incroyable de se dire qu'il participe à la CAN. C'est des gens qui nous ressemblent. On vit cette aventure avec eux d'une certaine manière," avoue sourire aux lèvres Soilhou.

"C'est une grande fierté de participer à cette CAN. On entre dans la cour des grandes nations du football africain", renchérit un autre supporter.

Une équipe aux accents marseillais

Au sein de la diaspora comorienne domine un doux parfum de fierté. Onze des joueurs sélectionnés pour la CAN sont nés dans les Bouches-du-Rhône. L’entraîneur Amir Abdou a lui aussi grandi dans le sud à Marseille. Dans un clip,intitulé "La patrie", les rappeurs marseillais Soprano et Alonzo réunis avec d'autres artistes rendent hommage à l'équipe nationale. Un hymne pour saluer la qualification des Comores en Coupe d'Afrique.

Amir Abdou l'artisan d'une folle aventure

La sélection des Comores est reconnue par la Fifa que depuis 2005. L'ascension de cette jeune nation du football africain va démarrer grâce à l'abnégation d'un éducateur marseillais. Amir Abdou prend la tête de la sélection en 2014. Le nouvel entraîneur est en quête de joueurs. L'équipe est à reconstruire. Il va aller chercher des joueurs dans les championnats amateurs français. Il va convaincre aussi les binationaux de tenter l'aventure avec lui.

Salim Ben Boina, l'enfant de Marseille

Parmi eux, Salim Ben Boina. Le gardien est né et a grandi à Marseille. Le gardien de but évolue sous les couleurs du club d'Endoume en National 3, l'équivalent de la cinquième division." Lorsque mon fils m'a dit qu'il avait été contacté pour rejoindre la sélection des Comores, je l'ai tout de suite encouragé. Beaucoup se moquaient de l'équipe. Ils disaient, il n' y a  pas de professionnels. Il n'y a que des amateurs. Ça a été dur, très dur. Ils ont beaucoup travaillé. Ils ont montré que c'étaient des guerriers. Avant personne ne connaissait les Comores, aujourd'hui tout le monde parle de l'Archipel" affirme fièrement madame Ben Boina. 

En route pour les huitièmes de finale

Msa Ismael, est un supporter de la première heure. Il a suivi l'aventure depuis le début. Il était même à Moroni pour la qualification des Comores en Coupe d'Afrique en mars 2021. "C'est magnifique ce qu'ils ont réussi à faire. Ils sont partis de rien. C'est la plus belle histoire de cette CAN. C'est la magie du football. Dans la victoire ou la défaite, nous serons toujours derrière notre équipe".

Grâce à son succès face au Ghana, l'équipe des Comores termine parmi les meilleurs troisièmes de la phase de groupe. Une victoire historique qui leur permet de poursuivre leur rêve. En huitième de finale, ils affronteront le Cameroun pays hôte de la compétition.