• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : les femmes apprennent à se défendre contre un agresseur

Bien utilisé, un téléphone portable peut être une arme redoutable pour se défendre / © France 3 Provence-Alpes
Bien utilisé, un téléphone portable peut être une arme redoutable pour se défendre / © France 3 Provence-Alpes

L'association Femmes en Défense organise régulièrement des formations pour apprendre aux femmes à se défendre. Même un téléphone portable peut devenir une arme redoutable. L'objectif est de ne plus avoir peur d'être agressé

Par Ludovic Moreau

Un téléphone portable à la main, l'instructeur indique aux femmes présentes comment cet objet peut devenir une arme de défense.

Je peux frapper au visage avec la pointe du téléphone

précise Christian.
Et oui, il faut le savoir, le smartphone sert à tout, même à se défendre.

Je ne l'ai pas testé en vrai, mais oui, ça fait mal

indique une stagiaire.
Depuis plusieurs mois, un groupe de femmes se retrouvent une fois par semaine dans un dojo du 8° arrondissement de Marseille. Elles veulent s'initier aux gestes de défense les plus élémentaires.
Leur instructeur, Christian, un ancien gendarme, moniteur de Savate et de Bâton Défense.

Pas besoin d'avoir un bon niveau physique, tout le monde est capable de mobiliser toutes ses forces pendant 10 ou 15 secondes

explique l'instructeur.
Marie-Alice Devoille est présidente de l'association Femmes en Défense, elle est à l'initiative de ce projet.

Une femme qui a confiance en elle, qui ne baisse pas les yeux, qui ne change pas de trottoir, c'est une proie plus difficile à atteindre pour un agresseur

indique-t-elle.
Manifestement, ça fonctionne plutôt bien, ces femmes ont acquis un bagage technique efficace.

Le danger est partout, en plus on est des femmes... Il vaut mieux prévenir que guérir

ajoute une jeune stagiaire.
Plusieurs fois par an, l'association Femmes en Défense organise des stages pour les femmes non-licenciées. Le prochain aura lieu les 23 et 24 juin, à Sainte-Tulle, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Reportage : Philippe Fabrègues et Gilles Guérin

 

Sur le même sujet

Le Dr Guevara explique la portée de cette modélisation numérique

Les + Lus