Marseille : règlement de compte sur l'autoroute, le procès est renvoyé

Publié le Mis à jour le

Cinq ans après un rodéo spectaculaire sur l'autoroute A55 entre Martigues et Marseille qui avait fait un mort, les auteurs présumés de ce règlement de comptes devaient comparaitre à partir de ce lundi à 14h devant la cour d'assises d'Aix-en-Provence. Le procès est renvoyé.

Les avocats ont demandé un supplément d'informations notamment en lien avec le détail des factures des écoutes téléphoniques et du décryptage de ces dernières.

Le 16 février 2017, vers 22h30, un homme de 31 ans est abattu au volant de sa voiture, au terme d'une spectaculaire course-poursuite sur l'autoroute A 55, sur la commune de Gignac-la-Nerthe, à la sortie de Marseille. 

Sa voiture, une Twingo noire, a été prise en chasse par une BMW et une C4 lancées à grande vitesse. Il y a des échanges de tirs et le véhicule de la victime est percuté. Il fait plusieurs tonneaux avant de finir sa course sur le toit.

Un homme vient alors à pied achever la victime au fusil d'assaut, sous les yeux des automobilistes présents sur les lieux. Les meurtriers s'enfuient en abandonnant sur place la C4 en feu.

Dans la foulée, la BMW qui a servi à la fuite du commando est retrouvée incendiée elle aussi aux Pennes-Mirabeau, près de Marseille. A l'intérieur, plusieurs armes, dont la kalachnikov ayant servi à abattre la victime.

Neuf suspects devant la cour d'assises

Le règlement de comptes ne fait pas de doute mais les enquêteurs mettent une année à mettre la main sur des suspects. En février 2018, six suspects sont mis en examen pour "meurtre en bande organisée". 

Le principal protagoniste présumé de l'affaire est un homme de 41 ans. Déjà condamné en 2009 pour meurtre, il bénéficiait d'une permission au moment des faits. Mis en examen et placé en détention provisoire, il nie toute implication dans cet homicide. Le mobile pourrait être liée à une vengeance pour la mort de deux de ses cousins, tués précédemment dans des règlements de comptes. 

Au total neuf hommes doivent comparaître devant la cour d'Assises d'Aix-en-Provence, pour chefs d'accusation divers : cinq pour  "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime" et quatre pour "meurtre en bande organisée". L'un d'entre eux est en fuite, il sera jugé par contumace. 

En marge de ce dossier, l'ancien bâtonnier d'Aix-en-Provence est inquiété par la justice. Il aurait fourni des informations confidentielles à des membres de l'équipe jugée devant la cour d'Assise. Il a été mis en examen.