Les Gilets jaunes ont réinvesti la rue samedi pour leur "acte 15", avec des manifestations sous le soleil en Provence-Alpes et nouveauté une opération "dialogue ouvert" avec les commerçants du centre-ville.

Encore très mobilisés en province, quelque 2 à 3.000 manifestants ont défilé dans le calme samedi dans les rues de Marseille, autant que la semaine dernière.

En pleines vacances scolaires et après des insultes contre l'intellectuel Alain Finkielkraut, traité de "sale sioniste" lors de l'acte 14, les manifestants ont réaffirmé leur détermination et le caractère protéiforme de leur lutte contre la politique d'Emmanuel Macron, hors du champ politique traditionnel et sans chef.

A Marseille, deux retraités, Jean-Louis et Annie Bertocci ont arpenté le Vieux Port avec leur gilet jaune et un carton "ni raciste, ni antisémites, ni homophobes, anticapitalistes" épinglé dans le dos.

Opération "dialogue ouvert" avec les commerçants

Un peu plus tôt dans la matinée, une quinzaine de Gilets jaunes se sont donnés rendez-vous pour aller à la rencontre des commerçants du centre-ville de Marseille.

But de l'opération, les convaincre du bien-fondé de leur mouvement et rejeter toutes responsabilités quant à la "désertification du centre-ville".

"On est là pour expliquer par A+B que nous ne sommes pas à l'origine de la perte de leur chiffre d'affaires, mais que cette perte était là bien avant l'arrivée des gilets jaunes", explique Mehdi Bolic, tout en distribuant des tracts à la sortie du métro.