Marseille n'est pas un prénom pour l'état civil de la ville de Paris

Le fils de Xavier Monnier ne pourra pas porter Marseille comme 3° prénom / © MAX ROSEREAU
Le fils de Xavier Monnier ne pourra pas porter Marseille comme 3° prénom / © MAX ROSEREAU

Xavier Monnier, l'auteur de "Marseille, ma ville", voulait donner "Marseille" comme 3° prénom pour son fils, l'officier d'état civil du 19° arrondissement de Paris a refusé et menace de saisir le procureur de la République.

Par Ludovic Moreau

Xavier Monnier, l'écrivain marseillais, est l'heureux papa d'un petit garçon né lundi dernier dans la nuit. Quelques heures après la naissance, il s'est rendu au service de l'hôpital Robert Debré pour déclarer sa naissance. Il s'appelle Onken, Philip, Marseille Monnier. Onken en hommage aux origines congolaises de la maman, Philip comme son grand-père et Marseille

Je suis né à Marseille, marié à Marseille et j'ai écrit deux livres sur Marseille, c'est en hommage à ma ville de cœur

raconte Xavier.

Marseille n'est pas un prénom


Trois jours après la naissance, Xavier Monnier reçoit un appel téléphonique du service de l'état civil de la mairie du 19° arrondissement de Paris, il y a un problème selon eux

Ils m'ont dit que Marseille n'était pas un prénom et que si je ne le retirai pas, ils saisiraient le procureur de la République

rapporte Xavier, énervé et déçu. La mairie se dit incompétente pour décider si un prénom est autorisé ou non.

Lorsqu'il y a un doute, et c'est le cas, nous sollicitons l'arbitrage du procureur de la République

affirme l'officier d'état civil et ajoute que la demande de Xavier pourrait aboutir s'il allait jusqu'au bout de sa démarche. Finalement, les deux parents ont décidé de retirer le prénom Marseille de l'état civil de leur fils

On ne voulait pas rentrer dans des procédures et bloquer l'état civil de notre fils qui n'a que trois jours

Mais Xavier Monnier et son avocat ont déjà prévu d'engager plus tard une procédure pour ajouter le prénom Marseille sur l'état civil de son fils.

Une décision administrative incompréhensible

J'ai fait des recherches, le prénom Marseille existait déjà aux XVII° et XIX° siècle. Sous la révolution, il a même été donné au fils d'un procureur de la République

affirme Xavier Monnier. Paris, mais aussi Nancy, Florence ou Sydney sont bien des noms de villes et des prénoms, alors pourquoi refuser Marseille ? D'autant plus que selon la loi française (article 55 à 59 du Code civil), les parents choisissent librement le ou les prénoms de leur enfant. Les seules limitations sont prévues à l'article 57 :
- si le prénom est trop complexe (un prénom composé de trois prénoms sera refusé)
- s'il comporte des caractères étrangers comme le tilde espagnol par exemple
- s'il fait référence à une personnalité déconsidérée comme Hitler ou Ben Laden

En 2016, le parquet de Nice avait engagé une procédure pour modifier l'état civil d'un petit garçon nommé Mohamed, Nizar Merah évoquant celui du tueur djihadiste de Toulouse, en 2012. La famille a renoncé au prénom Mohamed pour leur fils.
Le service de l'état civil peut refuser un prénom s'il peut nuire à l'intérêt de l'enfant, comme un prénom à consonance ridicule, péjorative ou grossière. Là encore, la jurisprudence donne souvent raison aux parents. Ainsi, un recours contre le prénom Zébulon a été rejeté au motif qu'il n'est ni ridicule, ni péjoratif, ni grossier. Il y a eu aussi l'affaire "Mégane Renault", acceptée par le juge car "qu'il n'y avait pas d'arrière-pensée". En clair, à Paris, s'appeler Marseille c'est ridicule, péjoratif ou grossier.

Sur le même sujet

Les + Lus