Cet article date de plus de 3 ans

Marseille : "ne laisser personne dehors" c'est l'objectif d'un projet d'accueil des SDF

C'est un projet porté par "Lab zéro", un laboratoire d'innovation financé par l'Etat. Pour accueillir les 12 000 SDF de la ville, l'idée et de remplacer l'hébergement d'urgence par un logement durable en s'appuyant sur des mises à disposition de bâtiments publics.
Un SDF dans les rues de Marseille
Un SDF dans les rues de Marseille © Maxppp / Photo la Provence Bruno Souillard
Marthe Pommié, responsable du "Lab zéro" explique la philosophie de son projet en ces termes :

" on veut offrir un logement temporaire digne à tous les SDF, sans restriction, et sortir de la logique de la fille d'attente du 115"
 

Le "Lab zéro", installé à la friche de la belle de mai, est un laboratoire d'innovation publique financé par l'Etat et coordonné par la préfecture de région . Il est également partenaire de "Marseille solutions" une association qui rassemble des passionnés de la ville et de l'entrepreneuriat et qui se veulent des accélérateurs d'optimisme au service de l'intérêt général.

Pour mettre en place son projet le "Lab zéro" a déjà mis à disposition un bâtiment public vide, la résidence Bernard du Bois, dans le centre de la ville. En septembre les responsables de l'initiative souhaitent y héberger 80 à 120 personnes . Ils veulent également y louer des espaces à des entreprises et confier à une association un restaurant accessible à tous.
 

Et Marthe Pommié rajoute  :

" on viendra dans ce lieu pour y loger mais aussi pour manger pour 5 euros ou pour travailler, on ne cloisonne pas les SDF"

Pour atteindre son objectif "zéro SDF" d'ici 10 ans , le "Lab zéro" veut mettre à disposition rapidement d'autres bâtiments publics, en prouvant que ces occupations temporaires sont doublement bénéfiques : elles gênèrent une économie locale, et sont rentables pour l'Etat, qui dépense 150.000 euros par an et par bâtiment en moyenne pour entretenir un patrimoine immobilier vide qui se dégrade.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie