Marseille : une rencontre inoubliable avec une sphère transparente au large des calanques

Une grande sphère transparente (GST) a été aperçue dans les eaux du Parc national des calanques. Cette GST a été photographiée en 2011. / © Jackie Dozin, Sandrine Clerc, Denis Baranger
Une grande sphère transparente (GST) a été aperçue dans les eaux du Parc national des calanques. Cette GST a été photographiée en 2011. / © Jackie Dozin, Sandrine Clerc, Denis Baranger

Marseille est réputée pour ses fonds marins exceptionnels, mais il existe parfois des moments magiques, comme celui qu'ont vécu les plongeurs du centre Narval à Cassis. Une rencontre avec une sphère transparente.

Par Ludovic Moreau

Peu de plongeurs ont l'occasion d'observer un phénomène aussi rare que celui de la grande sphère transparente (GST). Tout récemment, plusieurs plongeurs du centre Narval à Cassis ont eu la chance de vivre cette rencontre du troisième type.

Par 40 mètres de profondeur, au large de l'archipel de Riou, les plongeurs ont été surpris par une immense poche transparente, d'environ un mètre de diamètre, ressemblant à un monstre marin sortie tout droit d'un film de Spielberg.

Un phénomène aussi exceptionnel qu'éphémère. C'est encore un mystère pour les scientifiques. La grande sphère transparente est un sac, d'aspect gélatineux, contenant des milliers d'œufs de calmars.

"Les conclusions concernant les GST doivent cependant être prudentes dans la mesure où les connaissances scientifiques sur la reproduction des calmars restent parcellaires", expliquait Delphine Thibault, chercheuse à l’Institut Méditerranéen d’Océanologie (MOI), pour le site du Parc national des calanques.

Ces calmars sont visibles sous la forme de petites particules blanches contenus dans la masse gélatineuse. Cette sphère permet aux œufs d'être protégés des bactéries et sa forme, impressionnante, protège également des prédateurs.

En dix ans, les plongeurs du Narval ont indiqué avoir vu quatre fois des GST dans les eaux du Parc national des Calanques : à Morgiou, à la Pointe Cacau, à Castelvieil et enfin aux Impériaux la semaine dernière.

La rareté des rencontres s’explique par les profondeurs importantes dans lesquelles les GST dérivent, mais aussi dans la fugacité du phénomène… Une sphère ne vie que deux ou trois jours, jusqu'à l'éclosion des œufs.
 

Sur le même sujet

Les + Lus