"On a peur pour notre vie" : incendies à répétition dans une résidence, les habitants accusent la prostitution

Ce lundi 22 avril, un nouveau départ de feu a pris dans le parking d'une résidence dans le 5e arrondissement de Marseille. C'est le troisième départ de feu en quelques mois dans le même parking. Les habitants racontent ne plus se sentir en sécurité et pointent du doigt ce qui s'apparente selon eux à l'installation d'un réseau de proxénétisme.

Lundi 22 avril, le nouveau départ de feu est celui de trop pour les habitants du quartier de la Timone-Saint-Pierre dans le 5e arrondissement de Marseille. Trois départs de feu en l'espace de quelques mois, dans le parking souterrain d'une résidence, il n'en fallait pas plus pour créer un climat anxiogène pour les habitants. Ils se sentent en insécurité. Pour eux, ces événements sont en lien avec l'installation d'un réseau de proxénétisme dans les sous-sols.

Importante fumée et dégâts matériels

Plus de peur que de mal, une nouvelle fois pour l'entrée 22 du bâtiment le Protée ce lundi 22 avril. L'odeur de brûlé est très forte.

"J'étais chez moi et on a vu la fumée qui commence à remonter au niveau de la fenêtre. Et quand on a mis la tête, on a vu qu'il y avait des gens qui ont été évacués. On a paniqué en descendant. Arrivé au 3e étage, c'est là qu'on a vu, il y avait de la fumée noire. Heureusement qu'il y avait les pompiers qui avaient une torche et ils ont réussi à nous guider pour qu'on puisse sortir, explique Rachid , locataire du 6 ° étage.

Après avoir rapidement circonscrit l'incendie, les marins pompiers ont dissipé l'épaisse fumée. Mais à midi, elle était encore très opaque. "L'incendie s'est déclaré au sous-sol de l'immeuble, au niveau du parking souterrain composé de box et concernait quatre véhicules", détaille le capitaine de Corvette Fabien, Commandant des opérations de secours. Une enquête a été ouverte.

Un climat d'insécurité grandissant

Un troisième incendie en quelques mois dans cette résidence, le deuxième en moins de huit jours dans le quartier. L'hypothèse d'un pyromane est dans toutes les têtes. Même si certains habitants ont leur petite idée sur les raisons de ces départs de feu à répétition. La peur ne les quitte plus.

"On a peur, on a peur pour notre vie et pour celle des autres, pour les voisins, on n'est pas tous seuls", explique Leila, une habitante.

Sonia autre locataire, va plus loin. "Aujourd'hui, on n'a pas de solution. Que fait-on ? On va retourner chez nous ? Là, ça s'est passé en plein jour, trois fois, mais ça risque d'arriver la nuit en dormant. On fait comment ?", s'interroge la jeune femme.

Un réseau de proxénétisme dans le viseur des habitants

Le départ de l'incendie est localisé au sous-sol, au niveau du parking de la résidence, justement, là où les habitants disent avoir constaté la présence de personnes non-résidents de l'immeuble. "Il y a des personnes qui rentraient, des réseaux de prostitution, des proxénètes qui rentraient à l'intérieur et qui faisaient leurs trucs dedans", explique Rachid, le locataire du 6e.

"On a réussi à les faire sortir. Parfois on arrivait le matin, on voyait qu'il y avait plein de préservatifs au sol. C'est malheureux pour le quartier parce qu'en fait, c'est quand même un beau quartier", ajoute Rachid.

Des solutions à venir

Le bailleur social s'est rendu sur place pour dialoguer avec les familles. "Là, on va étudier toutes les solutions techniques pour pouvoir sécuriser au mieux la résidence et engager un travail de partenariat avec toutes les parties prenantes, les forces de l'ordre comprises, afin d'améliorer les conditions d'habitat de nos locataires et ramener la tranquillité résidentielle", annonce Icrame Mostafi, la directrice des Territoires et de la relation clients de la société française de l'habitat économique.

Sur les 34 personnes évacuées, 16 incommodées par des fumées ont été brièvement hospitalisées.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité