Placée en liquidation judiciaire à Marseille, la Compagnie des Petits cherche son repreneur

La Compagnie des Petits, chaîne de 65 magasins de vêtements pour enfants, a été déclarée en liquidation judiciaire jeudi 18 février par le tribunal de commerce de Marseille. L'avocat des salariés salue "une bonne nouvelle" et se montre "optimiste sur la recherche de repreneurs".

La Compagnie des Petits avait été placée en redressement judiciaire le 28 janvier
La Compagnie des Petits avait été placée en redressement judiciaire le 28 janvier © Jean-François Giorgetti/France 3 Provence Alpes

"Nous sommes enfin débarrassés d'un actionnaire qui ne gérait plus rien, nous allons pouvoir aller de l'avant", a expliqué à l'AFP Cédric Porin, avocat du Comité économique et social de La Compagnie des Petits. Cette entreprise de 260 employés dispose désormais d'un délai d'un à deux mois pour trouver des repreneurs.

Le 28 janvier, le tribunal de commerce de Marseille avait placé en redressement judiciaire l'entreprise H3M, la maison mère de La Compagnie des Petits, après avoir constaté sa cessation de paiement. Elle détient également les magasins de puériculture Allo bébé.

30 ans ! 30 ans que La Compagnie des Petits représente : ✨De belles histoires dessinées en France pour vos enfants,...

Publiée par La Compagnie des Petits Officiel sur Vendredi 12 février 2021

 

Fondée en 1991 aux Pennes-Mirabeau, l'entreprise a commencé à décliner après une quizaine d'années de prospérité. Elle réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires d'environ 22 millions d'euros avec un résultat d'exploitation négatif, rapporte Me Porin.

Un directeur général provisoire a été nommé, et un technicien est en charge de faire une présentation objective de la situation de la société à présenter aux repreneurs potentiels. Neuf personnes se sont déjà manifestées pour la reprise, notamment des professionnels de la confection pour enfants belges et italiens.

Cependant, la reprise n'évitera pas une "restructuration nécessaire, ce dont sont conscients les salariés", estime l'avocat Cédric Porin, et les repreneurs devront se séparer de certains magasins.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie justice société