Bannière résultats municipales

Municipales à Marseille : Stéphane Ravier (RN) refuse de "soutenir ceux qui ont coulé cette ville"

Interviewé ce mardi matin, Stéphane Ravier s'exprime sur les raisons de sa défaite à Marseille. Le candidat du Rassemblement National critique le "système", ses deux principales adversaires et donne ses consignes de vote. 

Stéphane Ravier
Stéphane Ravier © Valérie Bour / France Télévisions
Stéphane Ravier accueille une équipe de France 3 ce mardi matin dans la cour de la mairie des 13ème et 14ème arrondissements.
Dimanche soir, au second tour des élections municipales, il a remporté dans son secteur 49,2 % des voix. David Galtier, sur la liste LR de Martine Vassal, le bat avec 50,98% des voix.

Stéphane Ravier attribue son échec à sa "naïveté"

" J'ai cru qu'on pouvait faire de la politique proprement. Je n'ai pas eu d'électorat captif. Je n'ai pas dans ma manche entre 300 et 500 électeurs qui, pour avoir reçu une promesse de logement, d'emploi, une petite subvention, se sont mobilisés pour prendre le bon bulletin."

Candidat pour ce qu'on appelle "le troisième tour" 

"Bien sûr que je serai candidat, il faut bien qu'il y ait une alternative au système Gaudin, au système de l'échec, incarné par Madame Vassal, le système de l'effondrement dans tous les domaines.

Et puis l'incompétence, l'ignorance, l'idéologie qui va tuer cette ville, incarnée par Madame Rubirola. Donc il faut bien qu'il y ait une alternative".  
 
Stéphane Ravier, le 28 juin 2020, soir du second tour
Stéphane Ravier, le 28 juin 2020, soir du second tour © David Rossi /MAXPPP

Sa consigne de vote aux élus RN

"Je crois que mes élus, avant d'être élus, étaient candidats. Défendre Marseille, la faire sortir de l'ornière du clientélisme, du communautarisme, ne pas soutenir le même système.

La consigne, c'est de ne pas sombrer, ne pas soutenir ceux qui ont coulé cette ville et ceux qui veulent la tuer (...).

Ces deux faces de la même médaille, que ce soit côté face ou côté pile, c'est la médaille de l'échec, de la ruine." 
 

Les clés sont-elles dans les mains de Samia Ghali ?

"Ce sont des clés qui ouvrent des pièces sombres. C'est-à-dire de la négociation, des arrière-boutiques, des trahisons, des retournement de vestes.

Avez-vous entendu parler ces dernières semaines des problèmes des Marseillais, des transports, de la sécurité du cadre de vie, de l'identité de Marseille, de l'avenir des Marseillais ?
Non, on parle de l'avenir des élus, Madame Rubirola, Madame Vassal, Madame Ghali. On est bien loin de l'avenir de Marseille."   
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique rassemblement national élections municipales 2020 élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter