Le tribunal administratif de Marseille invalide l'élection de Danielle Milon à la tête du parc national des Calanques

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenegre
Danielle Milon, maire UMP de Cassis, élue le 15 janvier à la présidence du parc national des Calanques.
Danielle Milon, maire UMP de Cassis, élue le 15 janvier à la présidence du parc national des Calanques.

Le tribunal administratif de Marseille a annulé l'élection de la maire UMP de Cassis à la présidence du parc national des Calanques. Un élu marseillais UMP avait contesté l'élection pour atteinte de la limite d'âge. 

Danielle Milon avait 65 ans et 11 mois au moment de son élection, en janvier dernier, à la tête du parc national des Calanques. Candidat malheureux à la direction du conseil d'administration, le conseiller municipal Didier Réault a immédiatement contesté la validité de l'élection pour atteinte de la limite d'âge prévue par la loi.
 

Une nouvelle élection

Sur son compte Twitter, l'élu délégué à la mer n'a pas manqué d'exprimer aussitôt sa satisfaction.

La maire de Cassis a de son côté fait savoir qu'elle ferait appel du jugement d'aujourd'hui. Mais celui-là est applicable immédiatement et le parc national des Calanques se retrouve donc sans présidente. 
 
Le tribunal, qui avait été saisi par Didier Réault, a également demandé au préfet des Bouches-du-Rhône "de convoquer un nouveau conseil d'administration pour organiser une nouvelle élection" dans "les meilleurs délais". Si tel est le cas, Danielle Milon ne pourra pas y participer.
 

Guerre d'influence

Celle-ci avait été élue, lors d'une réunion du CA présidée par le préfet des Bouches-du-Rhône d'alors, Hugues Parant, par trois voix d'écart, aux dépens de M. Réault, administrateur du parc. La candidature de la maire de Cassis avait notamment le soutien du maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et du président PS de la
communauté urbaine de Marseille, Eugène Caselli
 
Le député-maire du 5e secteur de Marseille, Guy Teissier (UMP), qui a présidé durant 12 ans le groupement d'intérêt public chargé de la création du parc, a estimé que la décision du tribunal "est juste et méritée".  "Dans cette affaire, Didier Réault n'avait qu'un seul tort: être un de mes proches", souligne le député dans un communiqué, notant "que cette décision aura le mérite de rappeler qu'aucun accord politique ne peut se soustraire au respect de la loi".
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.