Vidéo. Oubliez le coronavirus, plongez "With Us" au cœur de la grande bleue

A vos palmes ! Guillaume Ruoppollo, plongeur vidéaste-photographe, offre une plongée en images à tous les confinés ! Un montage de ses meilleures prises de vue des cinq dernières années. Une odyssée sous-marine pour nous rappeler combien notre terre est belle.

Extrait du film "With Us" de Guillaume Ruoppollo, plongeur vidéaste-photographe.
Extrait du film "With Us" de Guillaume Ruoppollo, plongeur vidéaste-photographe. © Guillaume Ruoppollo
Ces images ont été tournées dans les océans du monde entier : Japon, Mexique, Micronésie, Bélize et certaines viennent même de Marseille. Saurez-vous les reconnaître ?

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais Guillaume Ruoppollo est l'un des meilleurs Français en matière de vidéos et de photographies sous-marines. Thalassa (France 3), Echappées belles (France 5) ou Grand Reportages (TF1) font appel à lui pour leurs reportages.

Un film pour donner de l’espoir et pour partager

Rentré d’Okinawa quelques heures après le début du confinement, Guillaume Ruoppollo attend, depuis, comme beaucoup d’entre nous, la fin de cet épisode sanitaire.

Une période inquiétante pour lui. Sa femme, infirmière libérale, continue d’aller au chevet des malades.

"Je me suis demandé que faire pour apporter un peu de réconfort aux gens. Je ne suis pas médecin, je ne suis pas musicien. Alors, avec mes deux garçons (3 et 14 ans), on a choisi de monter un film avec les images que j’ai tournées depuis 5 ans. Un film pour donner de l’espoir."Et de l’espoir il en met plein les yeux ce film ! Près de 3 minutes, monté à partir des 1.000 heures d’images que Guillaume a tourné autour du monde.

On y découvre des requins baleines aux Maldives, des barracudas et des mérous en Méditerranée, des poissons soldats, des baleines au Japon, des requins gris, des otaries au Mexique…

Ce film est là aussi pour partager ce que Guillaume, petit marseillais du quartier de la Rose, a la chance de voir grâce à son travail autour du monde.

Le film s’ouvre sur les images d’une épave datant de la seconde guerre mondiale, un "Betty Bomber" coulé en Micronésie.

With Us from Guillaume Ruoppolo on Vimeo.

Effacer les stéréotypes

Puis c’est une baleine qui déchire l’eau. Une baleine filmée au Japon. Parce que ce que veut montrer Guillaume, c’est qu’il faut aller plus loin que les stéréotypes.

"Au Japon la plupart des gens sont contre la chasse à la baleine. On pense que tout le monde mange de la baleine mais pas du tout. Nous sommes allés dans un sanctuaire où elles sont protégées c’est à Okinawa. C’était magnifique de croiser ces immenses mammifères : des baleines à bosses. Sublime."

Guillaume montre aussi beaucoup de requins dans son film.

"Ils ne sont pas méchants. Il faut arrêter. C’est, là aussi, un message que je veux faire passer cessons d’avoir peur des requins… On a tous vu Les dents de la mer et cela nous a traumatisés, mais non les requins ne sont pas comme ça !"

Alors au fil des images on croise des requins nourrices qui viennent se faire caresser par les plongeurs, ou un requin gris au Bélize.

"Il a passé une partie de la plongée à nous observer. C’était au Great Blue Hole, un cénote sous-marin. C’est un endroit où il y a beaucoup de nourriture. Il était tout simplement curieux."
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Guillaume Ruoppolo (@guillaume.ruoppolo) le

Un triton à Marseille et des globicéphales au large des Embiez

Mais des images exceptionnelles, Guillaume Ruoppollo en a aussi tournées beaucoup près de chez nous.

"Un triton, l’un des plus gros coquillages, en voie de disparition, juste à côté de Marseille par exemple. Une raie pastenague, il y a quelques mois à la Ciotat ou bien une merveilleuse petite roussette", s'enthousiasme le vidéaste.

Et la rencontre qui l’a le plus marquée, est celle qu’il a faite il y a tout juste un an, en rentrant des Embiez.

"J’étais avec mon fils ainé, Esteban, soudain dans l’eau, à l’avant du bateau, on a vu des globicéphales. Ce sont des cétacés avec lesquels on peut avoir beaucoup d’interactions, plus qu’avec les dauphins. Ils sortaient la tête de l’eau pour nous regarder."

Un pique-nique au bord de l’eau en famille, tout simplement

Lorsque la crise sanitaire aura pris fin Guillaume souhaite avant tout pouvoir emmener sa famille faire un pique-nique au bord de l’eau. Sur une plage à Marseille.

Car même s’il a fait le tour du monde le photographe en est persuadé : "La Méditerranée est unique et c’est la plus belle mer du monde. Alors, il faut la protéger."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : envie d'évasion santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter