Martigues : des inscriptions racistes et islamophobes sur les murs d'un centre de formation des imams

A Martigues, plusieurs tags racistes ont été découverts, ce dimanche 4 juillet, sur les murs d'un centre de formation des imams. Les tags, réalisés à la bombe de peinture noire, visent l'Institut Dar Ennour, une annexe de l'Institut Al-Ghazali de la Grande Mosquée de Paris.
Les tags visent l'Institut Dar Ennour, une annexe de l'Institut Al-Ghazali de la Grande Mosquée de Paris
Les tags visent l'Institut Dar Ennour, une annexe de l'Institut Al-Ghazali de la Grande Mosquée de Paris © DR

"Arabes dehors" ,"Musulman=porc" ou encore des références aux attentats islamistes, "Charlie Hebdo", "Samuel Paty" voici le type d'inscriptions découverts ce dimanche 4 juillet, sur les murs d'un centre de formation d'imams à Martigues. 

Une dizaine d'inscriptions racistes ont été retrouvées sur les murs de ce centre de formation
Une dizaine d'inscriptions racistes ont été retrouvées sur les murs de ce centre de formation © DR

Les tags, réalisés à la bombe de peinture noire, ont visé l'Institut Dar Ennour, une annexe de l'Institut Al-Ghazali de la Grande Mosquée de Paris, où sont actuellement formés 18 futurs imams, 9 femmes et 9 hommes. 

C'est  Azeddine Djaghballou, le directeur du centre de formation qui a découvert les inscriptions racistes, à 8h30, au moment où il ouvrait le centre. "Je n'ai même pas eu envie de lire les inscriptions", déclare Azeddine. A leur arrivée au centre de formation "les étudiants étaient choqués et paniqués",  ajoute le directeur.

Sur place dimanche matin, la police scientifique a procédé aux premières constatations et entamé une enquête de voisinage. 

Une plainte déposée 

Le maire de la ville, Gaby Charroux s'est rendu sur place pour témoigner de son soutien aux responsables de l’institut et aux élèves qui suivent un cursus de 3 ans.

"Je condamne avec la plus grande fermeté ces agissements stupides et insensés. Je veux rappeler que dans notre ville et dans notre République ni les injures ni les menaces n’ont leur place."déclare le maire de Martigues.

Azeddine Djaghballou, le directeur du centre de formation, a porté plainte, une enquête est en cours. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers religion société