• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Les frères Bengler jugés devant les assises pour la fusillade du Clos la Rose à Marseille

Les avocats de la défense au procès des frères Bengler devant les assises d'Aix-en-Provence ce jeudi matin. / © F3 Jean-François Giorgetti
Les avocats de la défense au procès des frères Bengler devant les assises d'Aix-en-Provence ce jeudi matin. / © F3 Jean-François Giorgetti

Le procès des deux frères Bengler s'ouvre ce jeudi matin devant les assises d'Aix-en-Provence. Soupçonnés d'être à la tête de trafiquants marseillais, ils sont jugés pour l'assassinat d'un adolescent de 16 ans dans une fusillade le soir du 19 novembre 2010, au Clos la Rose à Marseille. 

Par AV et JF Giorgetti avec AFP

Les deux frères Bengler, François et Nicolas, comparaissent à partir de ce jeudi devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, six ans après une fusillade qui avait fait un mort et un blessé grave au clos de la Rose à Marseille. Les accusés sont arrivés vers 8 heures au palais de justice aixois.
Les frères Bengler aux assises
A peine l'audience ouverte, le procès a été suspendu jusqu'à 14 heures. Un accusé manque à l'appel.
Le procès va durer 12 jours, pendant les quels lles deux frères, soupçonnés d'être les chefs de l'une des plus violentes bandes de trafiquants marseillais surnommée les "Gitans", seront jugés pour l'assassinat d'un adolescent de 16 ans et les graves blessures infligée à un garçon de 11 ans.

Les faits se sont déroulés le soir du 19 novembre 2010. Des tueurs déboulent à bord de deux voitures de sport dans la cité Clos la Rose, dans le 13e arrondissement de Marseille. Ils arrosent, à l'arme de guerre, le lieu où des jeunes font le guet pour les dealers du coin. Jean-Michel Gomez, 16 ans, est tué.
Les dossiers d'instruction du procès des frères Bengler. / © F3 Jean-François Giorgetti
Les dossiers d'instruction du procès des frères Bengler. / © F3 Jean-François Giorgetti
Avant de s'échapper en direction du lacis d'autoroutes qui ceinture les quartiers nord, les assaillants font à nouveau feu et blessent gravement un enfant de 11 ans, Lenny. Il n'avait aucun lien avec le trafic.

"Gitans" contre "Blacks"


Le témoignage de ce dernier, "psychologiquement assez fort, mais bouleversé", selon son avocat Frédéric Coffano, est un élément clé du dossier. Pour les policiers marseillais, il s'agit d'une étape d'une guerre entre les "Gitans" et leurs rivaux des "Blacks", pour le contrôle des points de vente de drogue de la cité phocéenne.

Cete guerre des gangs est à l'origine de 16 des 26 morts par balle dénombrées dans le milieu marseillais rien que depuis novembre 2015, selon une source policière.




A lire aussi

Sur le même sujet

Les randonneurs sont souvent mal informés

Les + Lus