Grève des contrôleurs aériens : trafic réduit d'un tiers à Marseille

Un tiers des vols est annulé ce lundi à l'aéroport de Marseille-Provence. / © Boris Horvat / AFP
Un tiers des vols est annulé ce lundi à l'aéroport de Marseille-Provence. / © Boris Horvat / AFP

Le trafic reste perturbé aujourd’hui à l’aéroport de Marseille-Provence en raison de la grève des contrôleurs aériens. Le mouvement devrait être suspendu lundi soir.

Par AG avec AFP

Le trafic restait perturbé pour la seconde journée consécutive à l’aéroport Marseille Provence de Marignane. Les vols sont réduits d’un tiers.

La grève, prévue pour s'achever lundi soir, a été lancée dimanche par l'Unsa (troisième syndicat chez les aiguilleurs). La direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies de réduire pour la journée d'un tiers leur programme de vol sur les aéroports de Marseille et d'Orly et de 20% pour les aéroports de Lyon, Nice et Beauvais.

Air France propose à ses clients ayant prévu de voyager à l'intérieur de l'Hexagone de reporter leur voyage jusqu'à jeudi inclus, dans la limite des places disponibles et sans frais. a compagnie prévoyait en revanche d'assurer son programme de vols long-courrier t tous ses vols de et vers l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, sans exclure ds retards et annulations de dernière minute.

Ryanair déplore la "41e grève depuis 2009"

De son côté, EasyJet a annulé près de 90 vols lundi et "n'exclut pas des perturbations additionnelles". D'après la compagnie à bas coûts, la grève cause également des retards sur les vols traversant l'espace aérien français. Ryanair, qui a également dû annuler des vols dimanche et lundi, a déploré la "41e grève depuis 2009" menée par un syndicat français de contrôleurs aériens.

L'Unsa-ICNA (20% des voix chez les 4.000 contrôleurs aériens) proteste contre "la décision d'accélérer la baisse des effectifs" en 2016, "en passant le taux de remplacement des départs de 80% à 65%, (ce qui) apparaît en totale déconnexion avec les besoins opérationnels des centres de contrôle" et les "perspectives de croissance importantes" du trafic.

Le syndicat a dénoncé dans un communiqué le "retard technologique considérable" des outils utilisés par les contrôleurs aériens français et le "manque d'investissement", qui "conduisent à des pannes de plus en plus fréquentes ayant des implications directes dans la chaîne de sécurité".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus