Nouvelle manifestation devant une mairie fermée à Marseille

Un millier de personnes, parents, animateurs et agents territoriaux ont répondu présent samedi à 10h30. / © France 3
Un millier de personnes, parents, animateurs et agents territoriaux ont répondu présent samedi à 10h30. / © France 3

Un millier de parents, animateurs, enseignants et agents territoriaux réclamaient encore samedi matin à Marseille une vraie réforme des rythmes scolaires, des activités organisées en toute sécurité le vendredi après midi, et des salaires décents pour les animateurs recrutés.

Par Valérie Smadja

Pour la 1ère fois, la manifestation ne se déroulait pas un vendredi après midi, mais un samedi matin. Pourquoi ce jour ? Déjà pour permettre aux parents qui travaillent de pouvoir y participer, mais aussi dans le but de se faire entendre auprès du maire, qui devait être dans ses bureaux à l'occasion des journées du patrimoine. Hélas pour les manifestants, la mairie a décidé au dernier moment de ne pas ouvrir ses portes, ni samedi, ni dimanche, sans toutefois préciser si cette décision avait un lien avec la manifestation. 
Vers midi, le mouvement s'est dirigé vers la rue de la République, qui fêtait ses 150 ans. Le maire Jean-Claude Gaudin y était attendu, mais n'est jamais venu.

A Marseille, les manifestants ont rejoint la rue de la République / © France 3
A Marseille, les manifestants ont rejoint la rue de la République / © France 3

Manque de sécurité pour les enfants ?

Selon le syndicat SNUIPP13, "la Mairie engage sa responsabilité en tablant sur l’essoufflement des parents (qui ne peuvent se mobiliser tous les vendredis) et des personnels municipaux (qui perdent de l’argent en étant grévistes). Elle table également sur la mise en place de quelques garderies chaotiques où la sécurité des enfants est mise en danger. C’est pourquoi la grève des agents territoriaux constitue, dans ces conditions, une mesure de protection pour les enfants et les personnels eux-mêmes." La mairie tente de mettre en place des systèmes de garderie en attendant le début des activités prévues à l'origine.

Désordre scolaire

Réunis à l'appel de collectifs de parents et d'enseignants et de syndicats FSU, Unsa Territoriaux, CFDT, Sgen-CFDT, CGT, SNUipp, SEP les manifestants affichaient une certaine créativité dans les panneaux et banderoles : "Plus belle la ville, changez de casting",  "Activités périscolaires = familles en galère" ou encore "Marseille 2014 - Moins belle la ville pour les petits et les grands", "Gaudin, t'es foutu, les minots sont dans la rue!"



Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus