Elections régionales : Castaner tend la main à EELV

Christophe Castaner, tête de liste PS pour les régionales Provence-Alpes-Côte d'Azur, a adressé  à La Rochelle une nouvelle "main tendue" à EELV pour s'allier au premier tour, en proposant aux écologistes la tête de liste dans les Bouches-du-Rhône.

© Anne-Christine Poujoulat / AFP
Alors que la gauche est divisée après la décision d'EELV de s'allier au Parti de gauche, Christophe Castaner, tête de liste PS pour les régionales Provence-Alpes-Côte d'Azur a adressé à EELV une nouvelle main tendue pour s'allier au premier tour, mais il  exclut tout "front républicain" consistant à se désister en faveur de Christian Estrosi (Les Républicains, LR) si le PS arrive en troisième position comme le lui prédisent les sondages.

Le front républicain se fait avec des républicains


a affirmé M. Castaner  à l'université d'été du PS à La Rochelle.
"Ce n'est pas moi, c'est Marion Maréchal-Le Pen qui déclare: Christian Estrosi est plus à droite que moi. Et nos électeurs ne nous suivraient pas. Le discours d'Estrosi est tellement radical que nos électeurs ne comprendraient pas", a-t-il plaidé.
Selon M. Castaner, les "forces de gauche cumulées sont en capacité de l'emporter". 

Marion Maréchal-Le Pen au 1er tour devant Christian Estrosi, puis le PS-PRG selon un sondage

Un sondage a placé début août le FN de Marion Maréchal Le Pen en tête du 1er tour (32%) devant la liste Les Républicains-UDI de Christian Estrosi, tous deux loin devant l'alliance PS-PRG (17%). Mais avec le renfort des voix EELV et Front de gauche, les écarts sont faibles au 2e tour: LR-UDI 35%, FN 33%, PS-PRG-EELV-FG 32%.

En PACA, EELV, emmené par Sophie Camard, a noué une alliance avec le parti de Gauche mélenchoniste - mais pas avec le Parti communiste. Une alliance qui avait suscité la colère de cadres du parti écologiste, comme Jean-Vincent Placé et François de Rugy, qui viennent de quitter le parti pour désaccord.
Afin de s'unir à EELV dès le premier tour, M. Castaner s'est dit prêt à accorder aux écologistes la tête de liste en Bouches-du-Rhône occupée  actuellement par Jean-David Ciot, un proche de Jean-Noël Guérini.
"Objectivement il y a une vraie main tendue", a dit le député, qui veut parvenir à un accord avant septembre.
"L'enjeu est plus fort que nos egos: c'est conserver cette région à gauche et faire barrage à la candidate de l'extrême-droite et au candidat de la droite extrême", a affirmé M. Castaner.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections départementales élections parti socialiste