Gap : libération des trois militants incarcérés après une manifestation de soutien aux migrants

Les trois militants avaient été interpellés le 22 avril dernier à Briançon lors d'une manifestation de soutien aux migrants. / © Valérie MERLE / Maxppp
Les trois militants avaient été interpellés le 22 avril dernier à Briançon lors d'une manifestation de soutien aux migrants. / © Valérie MERLE / Maxppp

Le tribunal correctionnel de Gap a décidé de remettre en liberté les trois jeunes militants incarcérés après une manifestation de soutien aux migrants le 22 avril dernier. Ils seront jugés le 31 mai pour aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière.

Par Gilles Guérin

Ce jeudi après-midi, le tribunal correctionnel de Gap a décidé la remise en liberté des trois militants qui avaient participé à une manifestation à Briançon le 22 avril dernier, en considérant que "la situation avait changé depuis le 24 avril concernant le risque de réitération des faits". 

Le parquet avait pourtant requis le maintien en détention en l'absence selon lui d'autres éléments nouveaux suffisamment déterminants pour modifier la précédente décision de placement en détention provisoire, et dans l'attente de l'audience en appel initialement prévue à la cour d'appel de Grenoble le 9 mai prochain. Appel qui ne sera donc pas examiné, compte tenu de cette libération.

Toutefois, le tribunal a placé les trois prévenus sous un strict contrôle judiciaire avec notamment l'obligation de fixer leur résidence chez des personnes ayant remis des attestations d'hébergement en France, l'interdiction de quitter le département dans lequel cette résidence a été fixée et l'interdiction de s'exprimer sur les réseaux sociaux.

Le collectif "Soutiens migrants 13 / Manba", créé en 2015, avait appelé à plusieurs rassemblements ce jeudi pour demander "la libération des trois jeunes emprisonnés, suite à la manifestation de solidarité avec les migrants du 22 avril dernier à Briançon" à 13h devant le tribunal de Gap et à 18h30 devant la prison des Baumettes à Marseille où sont détenus les trois jeunes.

Le procès sur le fond du dossier se tiendra devant le tribunal correctionnel de Gap le 31 mai 2018 à 8h30. Les trois détenus doivent comparaître pour “aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière” et encourent pour cela 10 ans de prison et 750 000 euros d’amende.

Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus