Cet article date de plus de 5 ans

Pas de miracle pour Saint-Jean/Beaulieu

Monaco s'est qualifié pour les 16e de la Coupe de France en battant Saint-Jean/Beaulieu (DHR) sur le score fleuve de 10-2, dimanche, tout en perdant son buteur Lacina Traoré, expulsé.
Plus de 5000 supporteurs de l'équipe de Saint-Jean/Beaulieu, club de deux villes (Saint-Jean Cap-Ferrat et Beaulieu-sur-Mer) très proches de Monaco,
s'étaient donné rendez-vous au stade Louis-II pour croire à un improbable exploit. Il fallait d'ailleurs attendre dix minutes pour que les Monégasques s'offrent une première opportunité, une volée de Bahlouli bloquée par Blois (11).

Progressivement, les Monégasques prenaient la mesure de leurs adversaires. Sur une bonne remise de la tête de Traoré, Fabinho plaçait une belle volée, déviée en corner (16). Puis, sur un contre, Helder Costa servait Traoré, qui dribblait le gardien adverse (1-0, 21). Sous les yeux de David Trezeguet, nouvel ambassadeur de la Juventus mais sans Stephan El-Shaarawy, en instance de retour de prêt à l'AC Milan, Monaco
allait se mettre tranquillement à l'abri. D'abord, Raggi doublait la mise de la tête (2-0, 29). Puis Traoré inscrivait trois nouveaux buts. Lancé en profondeur, il marquait du droit (3-0, 31). Ensuite, il reprenait un bon centre de Lemar (4-0, 33), avant de reprendre celui de Bernardo Silva (5-0, 45).

Déjà 5-0 à la mi-temps

Au retour des vestiaires, le défenseur central berlugan Mariotti et l'attaquant monégasque Traoré étaient absents, exclus pendant la mi-temps. A 10 contre 10, le match était encore plus simple pour Monaco qui enchainait les buts: un lob de Bahlouli (6-0, 47), un penalty de Fabinho (7-0, 53) et une pichenette du gauche de Helder Costa (8-0, 55). Alors que la rencontre n'avait plus d'intérêt, les amateurs parvenaient à sauver l'honneur par Leblanc (8-1, 79). Ce but débridait encore un peu plus la fin de rencontre.

Pasalic marquait de la tête sur corner (9-1, 81). Mais, poussé par le public, la JSSJB obtenait un penalty. Sahour le frappait. Le ballon ricochait sur la barre et ricochait sur le dos de Nardi (9-2, 83). Mais c'est Monaco qui allait clôturer ce festival offensif, par l'intermédiaire de Fabinho, qui transformait le troisième penalty de la rencontre (10-2, 87).
Déclaration
Stéphane Martino (entraîneur de Saint-Jean/Beaulieu): "On a explosé après vingt minutes. On a pu voir qu'il y avait une grosse différence sur tous les points entre les deux équipes. Mes joueurs étaient de suite en surrégime. Je savais qu'au bout d'un quart d'heure, on allait exploser".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coupe de france football sport as monaco