Rugby : la Région Sud officiellement hôte de la Coupe du Monde 2023 en France

L'accord a été signé ce vendredi à Tokyo en présence (de gauche à droite) de Christophe Dominici (ancien joueur du RCT), Henri Mondino (Président de la Ligue Sud de Rugby), Thierry Dusautoir (ancien capitaine du XV de France), Renaud Muselier (Président de la Région Sud) et Bernard Laporte (Président de la Fédération Française de Rugby). / © Franck Penant
L'accord a été signé ce vendredi à Tokyo en présence (de gauche à droite) de Christophe Dominici (ancien joueur du RCT), Henri Mondino (Président de la Ligue Sud de Rugby), Thierry Dusautoir (ancien capitaine du XV de France), Renaud Muselier (Président de la Région Sud) et Bernard Laporte (Président de la Fédération Française de Rugby). / © Franck Penant

La région sud Provence Alpes Côte d’Azur sera officiellement « région hôte » de la Coupe du Monde de rugby qui se déroulera en France en 2023. Un accord a été signé ce vendredi à Tokyo. Cela signifie plus de matches et plus de retombées économiques.

Par Eric Ambrosini

Alors qu'un typhon fait planer quelques incertitudes sur les matches de la coupe du monde de rugby, la région Sud Provence Alpes Côte d’Azur présente au Japon n’a pas perdu son temps. Elle revient même avec une certitude, celle de bénéficier du statut de "région hôte" pour le Mondial 2023 en France. Un accord a en effet été signé ce vendredi entre les représentants de la région Sud PACA et le Comité d’organisation de la Coupe du Monde.

Citant quelques références rugbystiques comme les frères Herrero, Christian Califano ou encore Jean-François Tordo, Claude Atcher le directeur général de la coupe du monde 2023 a précisé que cet accord était une évidence :

"La région sud aime le rugby et le prouve. C’est le rugby des cigales, le rugby de la Méditerranée qui nous accueille »
 

10 matches dont 2 quarts de finale

Pour les fans de l'ovalie, cette nouvelle est réjouissante. Marseille et Nice accueilleront des matches : 10 au total dont 2 quarts de finale. C'est aussi la quasi-certitude de voir une des villes de la région devenir "camp de base" officiel pour l'une des 20 sélections qui participeront à l'évenement. 8 villes se sont d’ailleurs portées candidates. Lesquelles ?

Malgré notre insistance, le comité d’organisation de France 2023 est resté muet. Il ne souhaite pas dévoiler cette liste avant que le cahier des charges ne soit finalisé.
 
En septembre 2007, les All Blacks s'étaient imposés 76 à 14 face à l'Italie au stade Vélodrome de Marseille. / © Sebastien Lapeyrere/MAXPPP TEAMSHOOT
En septembre 2007, les All Blacks s'étaient imposés 76 à 14 face à l'Italie au stade Vélodrome de Marseille. / © Sebastien Lapeyrere/MAXPPP TEAMSHOOT



Des retombées économiques supérieures à 2007

La Région Sud avait déjà accueilli la coupe du monde en 2007. Le Mondial avait connu un vif succès en générant environ 145 millions d’euros de retombées économiques. Pour l'édition 2023, on estime ces retombées à 215 millions d’euros. Une manne financière intéressante pour la Région qui espère également une hausse du nombre de licenciés. En 2007, cette augmentation avait atteint les 46%. Ils sont actuellement 19750 à pratiquer le rugby dans notre région. 

Pour Renaud Muselier, le président de la Région Sud Provence Alpes Côte d'Azur "cet accord s’inscrit dans la continuité du plan rugby annoncé en 2018, qui vise à développer la pratique du rugby pour tous, soutenir les clubs de la région et accompagner la haute performance."

La Région Sud Provence Alpes Côte d'Azur prendra donc une part active dans l'accueil du Mondial 2023. Un evenement qui va également apporter son lot de souvenirs impérissables comme ce fut le cas en 2007 avec la présence des All Blacks de Nouvelle Zélande à Marseille.





 
 

Sur le même sujet

Les + Lus